Aller au contenu principal
Etre une entreprise responsable

Intégrer les principes RSE tout au long de la chaîne de valeur

Des engagements pour des achats responsables

La politique d'approvisionnement durable de Thales définit des engagements clairs autour de six axes principaux : 

  • la responsabilité des fournisseurs vis à vis des législations et règlementations en vigueur ; 
  • l’établissement de relations de qualité basées sur la loyauté réciproque ; 
  • le partage des expertises pour stimuler l’innovation ; 
  • l’implication des fournisseurs aux côtés de Thales dans la lutte contre le changement climatique ; 
  • le soutien spécifique aux PME locales avec des opportunités de développement international ; 
  • l’élargissement du recours aux acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire.

Une politique basée sur six priorités

La responsabilité des fournisseurs vis‑à‑vis des législations et règlementations en vigueur

Être un acteur responsable

Thales estime que le développement d’une relation de confiance avec ses fournisseurs et sous traitants est une composante essentielle de la réussite de son développement durable. Thales attend d’eux qu’ils se conforment pleinement aux lois et réglementations applicables dans les pays où ils sont enregistrés et où ils mènent leurs opérations ou fournissent leurs services, mais également qu’ils déclinent ces mêmes exigences auprès de leurs propres fournisseurs et sous traitants. 

Pour concrétiser cette attente, Thales demande à ses fournisseurs et sous traitants du monde entier d’adhérer à sa démarche de responsabilité d’entreprise en signant une Charte Intégrité et Responsabilité d’Entreprise qui les engage à respecter les principes de son Code d’Éthique et ceux du Pacte Mondial des Nations Unies et de l’OCDE.
 

Indicateurs Achats responsables (DPEF) 2020 Cible 2023
Pourcentage de nouveaux fournisseurs s’étant engagés sur les principes de la nouvelle Charte Intégrité et Responsabilité d’Entreprise de Thales. 91% 100%

Pourcentage de fournisseurs évalués parmi ceux considérés comme "à risque" selon la cartographie du devoir de vigilance.

 

24% 100%

Il s’agit de la première mesure de cet indicateur dont le processus associé a été déployé en 2020. Il devrait sensiblement progresser en 2021.

Des relations de qualité basées sur la loyauté réciproque

Des relations de qualité

Thales établit des relations de coopération mutuelle avec ses partenaires, fondées sur une loyauté réciproque ; cette dernière implique, dans le cadre du processus Achats, le respect :

  • de la transparence des règles de sélection mises en œuvre ;
  • du traitement équitable des entreprises lors de leur mise en compétition ;
  • du développement de relations équilibrées basées sur la confiance et le respect ;
  • de l’engagement d’appliquer les termes négociés ;
  • de la garantie de neutralité et d’indépendance des relations entre Thales et ses fournisseurs.

La politique Achats du Groupe s’appuie aussi sur dix pratiques d’achats responsables notamment présentes dans la Charte des Relations Fournisseurs Responsables, dont Thales est signataire depuis 2010.

Partage des expertises pour stimuler l'innovation

Favoriser l’innovation

Les Achats ont un rôle clé pour contribuer à la démarche d’innovation de Thales en apportant leur expertise de l’écosystème fournisseurs. La compréhension des feuilles de route technologiques doit donc être au cœur de la relation et des échanges entre Thales et ses fournisseurs. Ainsi, Thales organise régulièrement des revues de partage d’informations sur ces sujets avec ses fournisseurs stratégiques. 

Le Groupe a également adapté son processus d’acquisition afin d’en faciliter l’accès aux startups ; des échanges réguliers entres les Directions Achats et Techniques sont organisés à propos des jeunes entreprises innovantes avec lesquelles Thales est en relation. 

Thales noue également des partenariats avec des incubateurs et des accélérateurs afin de faire grandir des startups à fort potentiel (Starburst Aerospace, AI@Centech…). 

 Cette approche s'inscrit dans le cadre de la Charte des PME innovantes du ministère français de l'économie, signée en 2012.

Impliquer les fournisseurs dans la lutte contre le changement climatique

Relever le défi du changement climatique  

Le changement climatique est un enjeu majeur auquel Thales souhaite apporter une réponse cohérente au travers de ses activités et services, en particulier dans le cadre de sa Stratégie Pour un Futur Bas-Carbone contribuant ainsi à atteindre une trajectoire globale limitant le réchauffement climatique à 2°C, tel que défini dans l’Accord de Paris. 

Face à ce défi, les Achats ont un rôle clé et Thales s’est engagé à mieux connaître l’empreinte carbone de ses fournisseurs ayant les niveaux d’émissions les plus élevés pour la production de leur produits ou services, l’objectif étant de déployer des plans d’actions en vue de les réduire. 

En 2021, Thales a envoyé un questionnaire bas carbone à plus de cent fournisseurs dans les catégories d'achat identifiées comme ayant les plus fortes émissions de gaz à effet de serre. Cette enquête mesure la maturité des fournisseurs en leur demandant de rendre compte de leur propre empreinte carbone et de leur stratégie de réduction.

En 2021, des consultations Achats pilotes, incluant des critères de sélection pondérés liés à la réduction de l’empreinte carbone des biens et services achetés et au respect de l’environnement, ont été lancées pour les voyages aériens, les locations de voitures de courtes et longues durées et l’emballage. Pour la conclusion des contrats d’achats correspondants, il sera demandé aux fournisseurs de s’engager sur des objectifs de réduction de leurs émissions, chiffrés et jalonnés.

Plus de 100

proofs of concept (PoCs) impliquant ces start-ups ont été développées à ce jour

3,5 M€

le montant des engagements de Thales auprès des EA et ESAT pour 2020

Le soutien spécifique aux PME locales avec des opportunités de développement international

Penser globalement, agir localement 

Compte tenu de la complexité croissante des environnements de ses clients et de leurs implantations mondiales, Thales développe une parfaite compréhension de leurs enjeux, objectifs stratégiques et besoins opérationnels; pour répondre à leurs attentes, le Groupe déploie des stratégies globales, en particulier dans le domaine des Achats.

 Néanmoins, Thales est conscient que, dans certaines régions, il est souvent un employeur ou un client majeur et porte donc une attention particulière aux acteurs publics et privés des écosystèmes auxquels il participe. 

Dans ce contexte, les Achats déploient des actions spécifiques de soutien vis à vis des PME à plusieurs niveaux, régional, national et international, afin qu’elles puissent bénéficier pour leur développement de la force commerciale de Thales, de sa connaissance des marchés et des environnements locaux.

Ces actions concrétisent la politique territoriale de Thales et son engagement auprès de l’association Pacte PME dont il est membre depuis 2010, et de la Convention Action PME signée en France en 2019 avec le ministère des Armées. Cette Convention vise notamment à améliorer l’information des PME, développer les expérimentations, poursuivre les partenariats tissés lors des études amont, les soutenir à l’export et enfin valoriser les startups.
 

Elargir le recours aux acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire

Avancer solidairement

Les Entreprises Adaptées (EA) et Établissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT) sont des acteurs clés de l’Économie Sociale et Solidaire. Thales entretient depuis de nombreuses années des relations avec ces acteurs, notamment pour des travaux de sous traitance industrielle ou pour les achats généraux. Au travers de ses engagements Achats Responsables, Thales souhaite faire progresser le recours aux entreprises et établissements employant des personnes en situation de handicap, en élargissant ses relations à d’autres segments et catégories d’achats. Cette ambition est portée par les accords Groupe sur le Handicap et donne lieu à des échanges réguliers avec la Direction des Ressources Humaines.

Une initiative a été lancée début 2020, en coopération avec le réseau GESAT, afin d'étendre l'utilisation des EA et ESAT aux segments d'achats industriels de l'électronique, de l'ingénierie et de la mécanique. GESAT a analysé les achats de services industriels pour ces segments, et les lancements de projets se poursuivront en 2021 dans le cadre de l'accord de partenariat.  

 

En 2021, Thales a reçu le label Relations Fournisseurs et Achats Responsables qui distingue les entreprises ou entités à participation publique faisant preuve de relations durables et équilibrées avec leurs fournisseurs. Cette distinction est l’occasion de rappeler combien les achats constituent un volet essentiel de la politique de responsabilité sociétale de l’entreprise.

" Cette reconnaissance est d’autant plus significative que ce label est parfaitement cohérent avec la norme internationale ISO EN 20400 en matière d’achats responsables qui a pour but de conjuguer responsabilité sociétale et achats responsables. "
Roque Carmona , SVP, Responsable des achats du Groupe
Un Groupe reconnu dans sa relation avec ses fournisseurs

Soutenir les Droits de l’Homme et les libertés fondamentales

Depuis 2003, Thales est signataire du Pacte Mondial des Nations Unies et adhère à ses dix principes relatifs aux Droits de l’Homme, au Droit du travail et au Droit de l’environnement ; ces derniers s’inspirent de la déclaration universelle des droits de l’Homme et de la déclaration de l’Organisation Internationale du Travail relative aux principes et droits fondamentaux du travail.

En 2020, Thales a atteint pour la 9e année consécutive le niveau Global Compact Advanced du programme de différenciation du Pacte Mondial des Nations Unies qui, en respectant 21 critères spécifiques, est le standard de reporting et de performance le plus élevé en matière de développement responsable ; il est à noter que ce niveau Advanced requiert une évaluation externe que Thales a passée avec succès lors d’une revue de pairs.

En septembre 2020, Thales a été signataire de la "Déclaration des chefs d’entreprise pour une coopération mondiale renouvelée" initiée par le Pacte Mondial des Nations Unies à l’occasion de l’ouverture de la 75e assemblée générale de l’ONU.

Le Groupe a également participé au sommet "Uniting Business LIVE" qui a réuni virtuellement pendant trois jours, en amont de cette assemblée générale, les chefs d’entreprises, gouvernements et membres de la société civile engagés envers la mission de l’ONU.

Thales est toujours très impliqué dans les réflexions liées à l’impact de ses activités sur les Droits de l’Homme. Ainsi, Thales est membre depuis 2019 de l’association "Entreprises pour les droits de l’Homme", lieu d’échanges, de travaux et de propositions d’entreprises internationales pour une meilleure intégration des droits de l’Homme dans les politiques et pratiques des entreprises par la mise en place de démarches de vigilance. Dans le cadre de cette association, Thales a participé à plusieurs groupes de travail impliquant des parties prenantes variées.
 


Politique responsable en matière d'armes dites controversées

En 2004, Thales a cessé toute activité commerciale dans le domaine des armes à sous-munitions. Cette mesure était une réponse proactive aux appels des ONG axées sur les Droits de l'Homme et nous a permis de devancer les exigences de la Convention sur les armes à sous-munitions (Convention d'Oslo).

En 2019, Thales s'est engagé publiquement à cesser de vendre et de produire du matériel contenant du phosphore blanc au plus tard en juin 2022.
 

La notion d’"arme controversée" n’a pas de définition unanimement reconnue à ce jour. En effet, elle recouvre différents types d’armements selon la culture et la typologie des auteurs de la définition : instances internationales, organisations non gouvernementales, organismes financiers, entreprises…

Cette notion varie également selon les pays, et cela même au sein de l’Europe.

Pour Thales, les armes controversées recouvrent les armements pour lesquels des traités d’interdiction sont en vigueur et reconnus par la France et l’Europe.

Ainsi Thales ne conçoit, ne fabrique et ne vend ni arme chimique ni arme bactériologique, ces armes étant interdites par les Conventions de Genève. 

De même, conformément à la Convention d’Ottawa (1997) sur les mines anti-personnel et à la Convention d’Oslo (2008) sur les bombes à sous-munitions, Thales ne conçoit, ne fabrique, et ne vend aucune de ces armes, ni d’éléments pouvant entrer dans la composition de ces armes.

L’utilisation du phosphore blanc dans les armes n’est pas interdite par les traités internationaux. Cependant, étant donné ses caractéristiques pyrophoriques, il arrive souvent qu’il soit classé parmi les armes dites « controversées » par les ONG ou les organismes financiers.

Aujourd’hui, Thales n’utilise du phosphore blanc que pour la production de matériels fumigènes comme agent de protection des soldats par la création d’écrans de fumée. Thales ne produit pas d’armes incendiaires. Cette activité est extrêmement marginale, puisque celle-ci n’a généré aucun chiffre d’affaires en 2019 et 2020. Cependant, conscient des controverses liées à cette matière, Thales a engagé depuis 2018 un programme de substitution qui a pour objectif de développer une nouvelle génération de matériels fumigènes sans phosphore. Sans attendre les résultats de ces travaux, Thales s’est engagé à ne plus produire, ni vendre de matériels contenant du phosphore blanc au-delà de juin 2022.
 


Documents clés


A lire également