L’homme, au contrôle de son univers*