La performance et l’excellence existent au-delà du handicap

Aujourd’hui se déroule la journée internationale des personnes handicapées. C’est l’occasion pour tous de se rappeler qu’en France et dans le monde, une personne sur 2 sera confrontée à une situation de handicap au cours de sa vie professionnelle. Le handicap peut être visible ou invisible et donc multiple : maladies invalidantes, handicap physique ou psychique, maladies chroniques, troubles de la vue, de l’audition et bien d’autres.

Au-delà des obligations de taux d’emploi édictées dans certains pays, chez Thales, nous aspirons à faire de notre entreprise un lieu accueillant où chacun  se sent valorisé dans sa différence.

Une personne sur 2 sera confrontée à une situation de handicap au cours de sa vie professionnelle

La non-discrimination est bien évidemment la première étape. C’est une bataille du quotidien si nous voulons créer un environnement où nos collaborateurs se sentent traités équitablement.

La deuxième étape est la diversité. L’entreprise se doit de refléter la richesse et la variété de la société en termes de genre, d’âge, de génération, d’origine ethnique, sociale et éducative, d’orientation sexuelle  mais aussi en termes de handicap.

La troisième étape doit être l’inclusion au sens où l’organisation doit pouvoir valoriser tous les profils et leur permettre de contribuer au succès collectif. En d’autres termes, nos collaborateurs doivent pouvoir être eux-mêmes à chaque instant.

Nous avons démarré notre action en 1992 lors de la signature de notre premier accord pour intégrer des personnes en situation de handicap dans notre entreprise. Nous aspirons à partager les bonnes pratiques entre nos sites et nos entités pour permettre à tous de bénéficier des meilleures opportunités.

Nous avons revu notre politique Ressources Humaines pour inclure les exigences relatives au Handicap. Pour le maintien dans l’emploi du collaborateur en situation de handicap, nous visons l’accessibilité universelle. Le collaborateur peut-il accéder à son lieu de travail ? Peut-il accéder à son poste ? A-t-il les outils informatiques adaptés ?

C’est aussi en nouant des partenariats, comme tout récemment en France avec le réseau Aspie-Friendly et l’Université Paris-Est Créteil (UPEC) que nous nous engageons. Et c’est en intégrant  et en formant des collaborateurs en situation de handicap que nous mettons en pratique nos engagements. Nous créons  des partenariats dès l’école  pour amener les jeunes  à l’emploi et nous menons en collaboration avec la recherche universitaire  des études sur la détection en situation de travail des « signaux faibles » comme précurseur à une  situation de désinsertion professionnelle potentielle.

L’objectif est d’adapter l’environnement à la personne porteuse d’un handicap et non de l’isoler. Pratiquement, cela signifie que les postes de travail sont modifiés pour toute l’équipe quand cela fait sens, que les équipes et les managers sont informés, formés et accompagnés avant de recevoir le nouveau collaborateur en situation de handicap mais aussi tout au long de son parcours professionnel. Nous mettons aussi en place des formations sur le management pour une société inclusive.

Lire l'article complet ici.