Non, le numérique n’a pas tué les chefs op’