Missions interplanétaires: Mercure, Vénus, Jupiter & Pluton

Mission Thales vers Mercure

BepiColombo


BepiColombo est une mission interplanétaire de l’ESA et de la JAXA vers Mercure, la planète la plus proche du Soleil. Elle comprend deux véhicules spatiaux, l’orbiteur planétaire MPO (Mercury Planetary Orbiter) et l’orbiteur magnétosphérique MMO (Mercury Magnetospheric Orbiter).
Cette mission spatiale, la première jamais entreprise vers cette planète mystérieuse, comporte d’importantes difficultés. En effet Mercure est si proche du Soleil qu’approcher sa surface est un vrai défi, compte tenu de l’extrême chaleur et des conditions de gravité qui y règnent.
BepiColombo présente un grand intérêt scientifique, car elle est l’occasion de mieux comprendre la formation des planètes. Le MPO étudiera la croûte et la composition interne de Mercure, tandis que le MMO se consacrera à la magnétosphère, zone autour de Mercure dans laquelle le champ magnétique domine la dynamique des particules chargées.

Thales a fourni des tubes à onde progressive (TOP) d’une fréquence de 36 GHz (TH4606C) ainsi que des TOP en bande X (TH4604C) pour cette mission dont le lancement est prévu en janvier 2017.
 

Missions Thales vers Vénus

Venus Express


Le principal objectif de Venus Express, première mission spatiale de l’ESA vers Vénus, était d’observer l’atmosphère et sa dynamique sur le long terme, afin de mieux comprendre l’environnement vénusien.
Le satellite a été lancé en novembre 2005, puis placé en orbite polaire autour de Vénus en avril 2006. La mission s’est poursuivie jusqu’en novembre 2014. Venus Express a établi des cartes de la température de surface et analysé les caractéristiques du sol vénusien ainsi que des nuages.

Thales a fourni les TOP en bande X (TH4704C) d’une puissance de 60 watts qui ont permis à Venus Express de communiquer avec la Terre.
Magellan
Cet orbiteur de Vénus conçu par la NASA a été lancé en mai 1989. Ses principaux objectifs étaient de cartographier la surface de Vénus à l’aide d’un radar à synthèse d’ouverture (SAR) et de mesurer le relief. À l’achèvement de la cartographie radar, on disposait d’images de 98 % de la surface de Vénus, d’une résolution meilleure que 100 m, de nombreuses zones ayant fait l’objet de plusieurs images.
 
Thales est fier d’avoir contribué à ce projet en lui fournissant les TOP en bande X (TH4604C) d’une puissance de 20 watts qui lui ont permis de transmettre ses données à la Terre.
 

Mission Thales vers Jupiter

Juno


Juno est une mission d’exploration de la NASA à destination de Jupiter lancée en août 2011. Ce véhicule spatial va jouer un rôle déterminant pour mieux comprendre l’origine et la nature des planètes géantes externes et du système solaire en général.
Cette mission entend mettre un satellite en orbite polaire autour de Jupiter, afin de déterminer la masse, la taille et la composition de son cœur, et de décrire les propriétés structurelles de la planète, ses champs gravitationnel et magnétique ainsi que sa convection interne. Elle cherchera également à caractériser la structure de la magnétosphère polaire jovienne, à mesurer sa composition atmosphérique, en particulier sa teneur en gaz condensables comme l’eau et l’ammoniac, ou encore à étudier sa température atmosphérique et le profil de ses vents.
 
L’antenne à grand gain du véhicule spatial assure les communications en bande X avec la Terre, pour la réception des commandes et l’envoi des données scientifiques et de télémesure. Elle est munie d’amplificateurs Thales (TH4604C) d’une puissance de 20 watts.

Mission Thales vers Pluton

New Horizons


Cette mission de la NASA lancée en janvier 2006 vise à comprendre le processus de formation du système plutonien et du système solaire primitif.
On sait très peu de choses sur Pluton et les scientifiques se sont longtemps interrogés pour savoir s’il s’agissait d’une planète. Avant cette mission, le télescope Hubble était la principale source d’images de la surface de Pluton. Les couleurs et les variations saisonnières étaient visibles, mais les clichés n’étaient pas assez détaillés pour bien renseigner sur l’environnement plutonien.
Les principaux objectifs de New Horizons sont de fournir des images haute résolution de Pluton et Charon, d’étudier leur composition géologique, de cartographier leur surface, de caractériser l’atmosphère de Pluton et son taux d’échappement, et d’étudier la variabilité temporelle de sa surface et de son atmosphère.
Le 14 juillet 2015, après un périple de 9 ans et demi et 5 milliards de km, la sonde spatiale est arrivée à 12 500 km de la surface de Pluton et à 28 800 km de celle de Charon. Cette mission a d’ores et déjà révolutionné notre connaissance de ce corps céleste énigmatique.

La liaison descendante de New Horizons est amplifiée par les tubes amplificateurs à onde progressive Thales (TH4604C) d’une puissance de 10 watts montés sous l’antenne parabolique. Grâce à Thales, et malgré la distance considérable, les signaux radio de New Horizons mettent seulement 4 heures et demie à parvenir sur Terre.
Contact