Guerre électronique des communications : une solution complète pour dominer le spectre électromagnétique et modeler l'adversaire

Au nord-ouest d'Altaga  en plein coeur du désert du Sahel, les attaques de terroristes se sont multipliées ces dernières semaines. À bord de leurs pick-up, ces derniers surgissent aussi vite qu'ils disparaissent et font de gros dégâts avec les équipements installés sur leurs véhicules. Du gros calibre.

Dans la fournaise, un convoi interarmes de véhicules blindés des forces de l’armée régulière terrestres de l’opération Pyguarge trouble le calme trompeur du désert. L’allure est vive et déterminée... Visiblement pas une opération de routine.

Il s’agit de rechercher des groupes armés terroristes composés de plusieurs pick-up qui ont été repérés dans une zone de quelques dizaines de kilomètres. À la tête du convoi de blindés, le lieutenant de cavalerie Céline est à la manœuvre. À 29 ans, c’est elle qui commande le convoi et coordonne l’action des différents véhicules.

Avec 8 blindés de combat, Céline aura les moyens de réagir en cas de coup dur. Mais d’abord, il va falloir débusquer les groupes terroristes et les empêcher de communiquer. Trois véhicules équipés par Thales sont dédiés à la guerre électronique des communications : un pour déterminer la direction et l’écoute des émissions des terroristes et deux autres pour le brouillage.

Un objectif : localiser et brouiller l’ennemi

La guerre électronique des communications permet d’intercepter les émissions électromagnétiques de l’ennemi afin de les identifier, de déterminer précisément leurs positions et de les brouiller. Pour répondre à ce besoin stratégique, Thales a développé un ensemble de solutions rassemblées sous l’appellation Tactical Electronic Warfare Solution (TEWS).
TEWS est une réponse complète et configurable à base :

  • de capteurs tels que l’intercepteur /goniomètre pour la détection, l’identification et la localisation des ennemis, le brouilleur pour perturber leurs communications,
  • de suite logicielle basée sur la suite KEYOBS à interface graphique automatisée facilitant l’exploitation des données par les utilisateurs.
  • de moyens de communications pour échanger les données entre les véhicules. L’expertise unique Thales dans l’ensemble de ces domaines  donne une réelle souplesse aux forces armées tout en permettant le partage automatique d’information.

À chaque véhicule sa spécialité

Avec la solution TEWS, Thales peut fournir différents types de véhicules de guerre électronique équipés en fonction de leur mission :

  • Le véhicule équipé de goniomètre positionné en surplomb d’une zone déploie une antenne haute de quelques mètres pour recueillir les signaux émis aux alentours. La direction d’une émission est faite en mouvement ou à l’arrêt.
  • Le véhicule de brouillage peut lancer une attaque électromagnétique permettant d’isoler l’ennemi, en le coupant de tout moyen de communication.
  • Le véhicule C2 (Commande & Contrôle) permet de contrôler la mission et de la faire évoluer en fonction des circonstances.

Avant toute mission, une phase de préparation est primordiale afin de la rendre la plus efficace possible. Les logiciels TEWS issus de la suite KEYOBS permettent notamment de déterminer le positionnement optimal des véhicules de localisation ou de brouillage pour qu’ils captent ou brouillent au mieux les signaux ennemis. Ces simulateurs, intégrant la topographie de la zone de déploiement, prennent en compte les contraintes du relief dans leurs calculs.

Bénéficier de l’effet de surprise

Dans le convoi du lieutenant Céline, le véhicule de direction et d’écoute a capté des signaux qui semblent correspondre à deux groupes de terroristes motorisés. Ils sont droits devant.

Combien sont-ils ? De quel armement bénéficient-ils ? Pour obtenir des réponses à ces questions, l’officier de cavalerie a besoin d’une confirmation visuelle et demande un support aérien à la base arrière en fournissant la direction des groupes détectés.

Peu de temps après, un drone de l’opération Pyguarge  évolue au-dessus du désert dans un bourdonnement discret. Avec ses caméras, il filme l’ennemi qui roule vers le nord. Il y a deux groupes de trois pick-up espacés de quelques centaines de mètres et armés de mitrailleuses. La position ennemie est établie avec précision. Les terroristes sont tout proches !
Le lieutenant Céline prend alors la décision de faire entrer les brouilleurs en action. En quelques minutes, les deux véhicules dédiés à la manœuvre prennent position. À partir des  informations détectées, ils adaptent leur brouillage pour rendre toute communication impossible dans la zone.

Parallèlement, la jeune femme officier a lancé ses blindés à l’assaut. Il faut faire vite. En quelques minutes, les véhicules de combats tiennent l’ennemi en joue avec des canons de 20 millimètres. Face à leur blindage et leur puissance de feu, les terroristes ne peuvent pas faire grand-chose et préfèrent déposer les armes.

L’effet de surprise a joué à plein. Les terroristes ont tenté d’appeler des renforts, d’obtenir des instructions... En vain. Après les avoir appréhendés, les soldats de la force Pyguarge font l’inventaire de leur matériel.

Les informations récoltées ainsi que tous les signaux interceptés pendant l’opération seront analysés après la mission. Ils iront enrichir les bases de données des forces et des services de renseignement.

En complément d’autres dispositifs de guerre électronique, de moyens aériens comme des avions ou de plus en plus fréquemment de drones, les solutions TEWS sont aux côtés des forces armées dans leurs moments décisifs pour préparer leurs missions, augmenter leurs chances de succès et limiter les risques pour la vie des soldats.