Maîtriser le théâtre d’opération

Nous sommes fin 2011, il est 7 h 34. Deux véhicules blindés commencent une patrouille de routine dans le nord d’un pays ravagé. Un seul en reviendra. À 8 h 02, un engin explosif improvisé (ou Improvised Explosive Device, IED) frappe le véhicule de tête. Une bombe sur la route, une puissante détonation, des effets dévastateurs.

Un sergent à bord du second véhicule témoigne de l’explosion, selon ses mots, « d’une puissance à arracher les roues du véhicule et à le retourner sur le flanc ». Tous les occupants ont été touchés. Certains mortellement.

D’un coup, l’attaque a fait augmenter le nombre de soldats britanniques blessés ou tués dans le pays. Dans les années suivantes, ce nombre sein de la coalition a même atteint des dizaines de milliers, ayant pour cause principale, encore une fois les engins explosifs improvisés..

Les IED constituent ainsi un aspect inéluctable de la guerre asymétrique moderne. Lors des conflits en Irak, Afghanistan, Syrie et ailleurs, ces engins ont été enterrés par milliers sur les routes, dans l’attente d’être déclenchés.

Les fabriquer est tellement facile – au prix de quelques centaines de dollars – que les engins explosifs improvisés resteront une menace durable. D’ailleurs, cette menace grandit d’ores et déjà. Et chaque soldat sait aujourd’hui combien elle est et restera réelle longtemps. Mais que faire pour atténuer le danger ?

Une équation insoluble ?

 

Une solution évidente consisterait à utiliser des véhicules plus lourds, mieux protégés. Une autre, à blinder plus encore les véhicules existants. Or, plus de blindage implique plus de poids. Dans les deux cas, un poids plus important influe directement sur la capacité des véhicules à rouler sur tel ou tel terrain, multipliant les risques en les forçant à emprunter des itinéraires connus, que les forces ennemies aux aguets mineraient d’IED plus puissants.

Inversement, des véhicules rapides, légers offrent une plus grande mobilité sur tous les terrains et suivent ainsi des itinéraires plus difficiles à anticiper. Ils sont néanmoins très vulnérables, même face aux petits engins.

Les militaires, y compris au Royaume-Uni, ont tenté de résoudre ce problème en se procurant dans l’urgence toute une nouvelle variété de véhicules. Cependant, protection signifie souvent perte de mobilité, et les forces armées ont dû réduire leurs déplacements aux routes praticables par ces véhicules.

Aucun militaire ne se réjouit de devoir brider les manœuvres opérationnelles pour s’accommoder des limites d’un véhicule. 

Comme le faisait remarquer le Major Douglas Nelson durant l’enquête sur la mort des soldats britanniques évoqués précédemment, aucun véhicule ne protège à 100 % de toute attaque (il est toujours possible de fabriquer une bombe encore plus puissante). Pour autant, il est aussi possible de concevoir des véhicules comme le Bushmaster, qui renforcent la protection des troupes sans compromettre leur mobilité.

Une technologie éprouvée, adaptée pour le futur

Sur plusieurs centaines d’attaques majeures par IED ou autres engins explosifs, les Bushmaster des forces armées australiennes, néerlandaises et britanniques aussi bien en Irak qu’en Afghanistan affichent un bilan très encourageant : aucun soldat n’est mort à ce jour malgré les 50  incidents ayant impliqué la destruction des véhicules. C’est là un record de survivabilité, surtout lorsque l’on sait que le Bushmaster conserve une très grande mobilité en tout-terrain. En service depuis près de 20 ans, ce véhicule protégé de Thales a fait ses preuves. Sa conception a fait l’objet de plusieurs évolutions afin de protéger au mieux les troupes contre les menaces nouvelles et émergentes.

À l’origine, Thales avait conçu le Bushmaster pour l’utiliser dans le nord de l’Australie. Entre-temps, le Groupe en a livré plus de 1 200 exemplaires, et une douzaine de variantes du Bushmaster circulent aujourd’hui en Australie, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande, aux Fidji, en Indonésie, au Japon, à la Jamaïque et au Royaume-Uni. Ces variantes correspondent aux différentes configurations du Bushmaster visant à remplir plusieurs fonctions, notamment la protection contre les IED et le dégagement des itinéraires, le transport de troupes, les services d’ambulance, le commandement, le transport de mortier, et plus encore.

De même, avec son nombre croissant d’utilisateurs, le Bushmaster est, toutes configurations confondues, le vétéran de nombreuses opérations de combat en Irak, en Afghanistan, au Mali et au Liban.

La dernière version est née grâce au retour sur les expériences du terrain. Au plan mécanique, le Bushmaster combine puissance, espace et charge utile accrus, mais aussi mobilité augmentée et même une survivabilité supérieure. Le MR6 (Multi-Role 6th generation), présente des portes avant séparées pour le pilote et son copilote, et une porte arrière plus large, renforçant nettement l’accessibilité et la sortie du véhicule.

Sur le Bushmaster, la caisse en V permet d’évacuer sur les côtés l’énergie libérée par les explosions, protégeant comme jamais l’intérieur de la caisse où se trouve l’équipage contre les mines et les IED ; les vitres et le châssis monocoque assurent quant à elles une excellente protection contre le feu et la fragmentation des armes légères.

Le compartiment arrière peut désormais être configuré pour une troupe de dix fantassins pleinement équipés ou pour accueillir une importante charge utile – deux tonnes de plus que sur les précédents Bushmaster. Différents systèmes d’armes avec ou sans tireur sont également envisageables.

De plus, la dernière version de l’ambulance développée pour le programme britannique MRVP (Multi-Role Vehicle Protected) comprend une unité médicale sophistiquée spécialement conçue, dont l’intérieur clinique de type salle blanche permet une prise en charge médicale à bord, loin des véhicules classiques d’extraction des victimes : un résultat direct des enseignements tirés en Afghanistan.

Dans un monde incertain, les forces armées s’appuient depuis longtemps sur le Bushmaster pour une grande diversité de rôles et de missions. Aujourd’hui, en associant les évolutions de la plateforme, une architecture éprouvée et des systèmes de commandement et de contrôle de pointe, le nouveau MR6 est assurément la meilleure et la plus aboutie des versions du Bushmaster.