Aller au contenu principal

Allô la Terre, ici Mars : Perseverance en ligne de mire

A l’issue d’un voyage interplanétaire long de 7 mois, le rover Perseverance de la NASA est parvenu à se poser sur Mars hier, jeudi 18 février, dans le cratère d’impact Jezero, une cavité de 45 km de diamètre situé à environ 18° au nord de l’équateur martien.

 

 

Cet atterrissage est un immense succès pour le programme Mars 2020 de la NASA et toutes les parties prenantes, dont bien sûr Thales, qui a fabriqué le laser de la caméra SuperCam, qui sera chargée de déceler des traces de vie potentielle sur la Planète rouge.

 

Ruée vers Mars !

 

 

Ne serait-ce que le mois dernier, trois nouveaux engins spatiaux sont arrivés aux abords de la Planète Rouge. L’envoi d’une telle armada n’est toutefois pas le fruit du hasard : la Terre et Mars se trouvent actuellement dans leur meilleure position relative pour y entreprendre un voyage interplanétaire – une situation qui ne se produit que tous les 26 mois. Le premier arrivé sur les lieux, le 9 février 2021, est la sonde Hope des Émirats arabes unis (EAU). Elle restera en orbite pour étudier l’atmosphère pendant une année martienne complète, soit 687 jours terrestres. Ensuite, la sonde chinoise Tianwen-1 s’est insérée dans l’orbite martienne ce mois-ci et entamera son travail de reconnaissance de la surface pour y sélectionner le meilleur site d’atterrissage de son rover au mois de mai.

Ces engins rejoignent ainsi six autres orbiteurs déjà sur place pour observer la planète :

•    Mars Odyssey, Mars Reconnaissance Orbiter (MRO*) et MAVEN de la NASA
•    Mars Express** de l’ESA
•    Mars Orbiter Mission (MOM) de l’Inde
•    ExoMars*** Trace Gas Orbiter (TGO) de l’ESA-Roscosmos

 

Allô la Terre ? Ici Mars

 

© Esa

Pour transmettre ses données et ses images vers la Terre et recevoir ses ordres en retour, Perseverance s’appuiera sur plusieurs relais de communication collaboratifs.

L’orbiteur TGO (Trace Gas Orbiter) fabriqué par Thales Alenia Space est l’un d’entre eux. Lancé en mars 2016 et en orbite autour de Mars depuis le mois d’octobre de cette même année, le satellite a rejoint son orbite « scientifique » définitive en avril 2018 à l’issue d’une impressionnante manœuvre d’aérofreinage qui lui a permis de passer d’une orbite très elliptique à une orbite circulaire en consommant très peu de propergol. Depuis lors, TGO a effectué des observations scientifiques en continu, prenant des images 3D détaillées de la surface de Mars et analysant son atmosphère à la recherche, entre autres, de traces de méthane qui trahiraient la présence potentielle de vie actuelle ou passée. Resterait ensuite à déterminer si ces émanations sont d’origine biologique ou géologique. En parallèle, l’orbiteur traceur de gaz agit comme relais de communication entre Mars et la Terre. Au cours des prochaines semaines, il tentera même de prendre des photos du rover Perseverance, puisqu’il le survolera quatre heures seulement après son atterrissage.

 

© Esa/Thales Alenia Space

Le TGO vient en support non seulement de Mars 2020, mais également de la mission InSight de la NASA, ce qui signifie qu’il peut relayer jusqu’à quatre flux de données par jour martien, à raison de 2 pour Perseverance, 1 pour InSight et 1 pour Curiosity. Cette expérience sera très utile pour la prochaine mission ExoMars 2022.

La sonde européenne Mars Express, intégrée par Thales Alenia Space et lancée en 2003, joue également un rôle critique. Elle a non seulement contribué à apporter des réponses à des questions fondamentales concernant la géologie, l’atmosphère et la possibilité de vie sur Mars, mais continue encore aujourd’hui à fournir de précieuses vues grand angle de l’environnement martien et à surveiller les conditions du site d’atterrissage prévu pour Perseverance.

L’humanité a découvert le tout premier cliché rapproché de Mars le 15 juillet 1965, lorsque la sonde Mariner 4 de la NASA est passée à proximité de cette planète, enregistrant à cette occasion des images granuleuses d’une surface désertique et chaotique. Elles offraient ainsi un premier aperçu d’une autre planète vue depuis l’espace.

 

Top départ d’une nouvelle décennie d’exploration spatiale

 

 

Thales Alenia Space a récemment reçu l’autorisation de lancer la fabrication de l’orbiteur ERO (Earth Return Orbiter) de la part du maître d’œuvre, Airbus Defence and Space. Ce véhicule, qui aura la tâche délicate de ramener des échantillons martiens sur Terre, est l’une des composantes clés de l’ambitieuse mission internationale Mars Sample Return (MSR) dirigée par la NASA.

 

© Thales Alenia Space/Briot

Chez Thales Alenia Space, nous sommes fiers d’être un acteur de première importance à bord de la station spatiale cislunaire  Gateway, l’un des piliers du programme Artemis de la NASA, qui prévoit de ramener des astronautes sur la Lune d’ici 2024. Notre entreprise a su capitaliser sur son expertise en matière d’infrastructures orbitales (avec à son actif la moitié du volume pressurisé de la Station spatiale internationale), de robotique, de systèmes de transport spatial et d’exploration pour devenir le leader industriel européen à bord du programme Lunar Gateway.

Outre le module pressurisé HALO réalisé pour le compte de Northrop Grumman, Thales Alenia Space a été sélectionné par l’ESA pour assurer la maîtrise d’œuvre de deux autres modules destinés à la station spatiale cislunaire : I-HAB et ESPRIT. Nous prendrons part également à de nombreux programmes associés à l’exploration lunaire. Ces récents succès renforcent le leadership mondial de Thales Alenia Space en matière d’infrastructures orbitales et confortent sa position de premier rang dans les programmes d’exploration lunaire.

 

 

Thales Alenia Space développe des solutions de pointe dédiées à l’exploration de la Lune, de Mars et de l’espace lointain, le satellite naturel de la Terre pouvant servir de base avancée pour le départ de futures missions d’exploration habitées interplanétaires. Mars sera sans nul doute le prochain arrêt après la Lune. On peut donc dire que Mars et la Lune n’ont jamais été si proches de nous ! #Spaceforlife

 

* Thales Alenia Space a fourni le radar sondeur SHARAD (Mars SHAllow RADar), qui prospecte la surface et le sous-sol de Mars, pour la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) du Jet Propulsion Laboratory (JPL).

** MARSIS (Mars Advanced Radar for Subsurface and Ionosphere Sounding) est l’un des principaux instruments de l’orbiteur Mars Express de l’ESA, développé pour le compte de l’Agence spatiale italienne (ASI) par l’Université de Rome « La Sapienza », en collaboration avec le JPL, et produite par Thales Alenia Space en Italie. Ce radar projette des impulsions radio basse fréquence qui pénètrent la surface et analyse les échos reçus. Cette mesure des variations de constante diélectrique peut révéler les changements de densité ou de composition des matériaux constituant le sous-sol martien.

*** Thales Alenia Space est le maître d’œuvre industriel des deux missions ExoMars, un programme d’exploration de Mars entre l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence spatiale russe Roscosmos. Comme son nom l’indique, la mission ExoMars 2022 partira en 2022 à la recherche de traces de vie sur la Planète rouge.

 

Copyrigths: © ESA - © NASA - © Thales Alenia Space/Briot