Comment percer les mystères de l’énergie noire et de la matière noire ?

En direct depuis les salles blanches de Thales Alenia Space :
la mission Euclid de l’ESA sur les rails !

 

Euclid est une mission d’astronomie et d’astrophysique de l’Agence spatiale européenne (ESA) visant à mieux comprendre la nature de l’énergie et de la matière noire. Thales Alenia Space (société conjointe entre Thales 67% et Leonardo 33% ) est le maître d’œuvre du satellite et dirige un consortium industriel européen avec des contributions scientifiques. Euclid cartographiera la structure générale de l'Univers à  plus de 10 milliards d'années-lumière pour montrer son expansion et sa croissance au cours des trois derniers quarts de son histoire. Prévu au lancement en 2022, le satellite Euclid prendra son envol à bord d'une fusée Soyouz, depuis le Centre Spatial Guyanais, pour une mission de six ans autour du point Lagrange 2 (L2).

 

A propos de la mission Euclid

La mission Euclid consistera à étudier l'énergie noire et la matière noire, composantes  essentielles mais inconnus du "modèle standard" actuel de la cosmologie physique. Selon ce modèle, seulement 4% environ de l'énergie de masse de l'univers est constituée de matière ordinaire (protons, neutrons, etc.). Le reste est invisible (matière noire) et l'univers semble s'étendre à un rythme accéléré sous l'action d'une source d'énergie encore inconnue (énergie noire).

 

Euclid sur les rails :

Mi-2018, à l’occasion de la revue de conception détaillée (Critical Design Review), l’ESA avait approuvé la conception détaillée du satellite de même que l’ensemble de ses sous-systèmes. Le modèle Thermo-structurel, composante majeure du satellite, a récemment achevé les essais de qualification thermique au sein de l’établissement Thales Alenia Space de Cannes. Au cours des prochaines semaines, il sera soumis aux tests de qualification mécanique.  Parallèlement, l'intégration et les tests des modèles de vol du télescope et du module de service ont déjà commencé leur intégration respectivement dans l'usine d’Airbus à Toulouse et dans les locaux de Thales Alenia Space à Turin. Les 2 modules devraient être assemblés à partir de 2021. La revue  d'acceptation finale sera la dernière étape avant que le satellite quitte les salles blanches cannoises de Thales Alenia Space, pour rejoindre la base de lancement, en prévision du tir prévu en 2022.

“Après le succès de l’intégration des modules de service et de la charge utile Euclid, le modèle structurel et thermique (STM) a maintenant achevé les tests de qualification thermique à Cannes » a déclaré Paolo Musi, Directeur des programmes scientifiques chez Thales Alenia Space en Italie.  «Le satellite, dans sa configuration similaire à celle du modèle de vol, est à présent prêt à démarrer les tests de qualification mécanique. Le programme Euclid reflète l’expertise européenne de Thales Alenia Space, avec des contributions remarquables de nos équipes impliquées en Italie, en Espagne, en Belgique et en France.  - Cette mission extraordinaire souligne une fois de plus la capacité de l'Europe à entreprendre des programmes scientifiques complexes, à la pointe de la technologie, et confirme par ailleurs notre rôle de partenaire majeur, au cœur des principaux programmes européens de science et d'exploration ", a ajouté Paolo Musi.
 

A propos de Thales Alenia Space et du Consortium Euclid (CE)

En juillet 2013, l'ESA a confié à Thales Alenia Space la maîtrise d'œuvre du satellite Euclid. Parmi les principaux partenaires industriels, Airbus Defense & Space à Toulouse (France) est responsable de la charge utile, comprenant le télescope et le banc optique, qui abrite les instruments VIS et NISP - fournis par le Consortium Euclid (CE). Le consortium, dirigé par Thales Alenia Space, est composé de plus de 120 sociétés européennes.  Thales Alenia Space en Espagne, en Belgique et en Italie sont respectivement en charge de la fabrication du sous-système de communication (TT&C), des amplificateurs RF (TWTA), de l'antenne grand gain , du transpondeur (DST) et des détecteurs de vitesse (Coarse Rate Sensors).

Le CE , responsable de la partie scientifique, a conçu et proposé la mission Euclid soumise à la sélection du programme Cosmic Vision de l’ESA, ainsi que de nouveaux partenaires qui contribuent à la phase de mise en œuvre. À ce jour, 14 pays européens sont impliqués dans les  activités du CE (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Suisse et Pays-Bas). Le Canada et les États-Unis, par l'intermédiaire de la NASA et de laboratoires américains, sont également parties intégrantes du consortium Euclid.

Leonardo contribue à cette mission en développant un système de tuyères à gaz froid nécessaire au contrôle d’attitude du satellite, ainsi que les capteurs de guidage et les cellules photovoltaïques génératrices de puissance.

Le satellite Euclid doit répondre aux principales exigences que sont la qualité et la stabilité du système optique intégré, la vitesse et l’exactitude du sondeur cosmique, la précision et la stabilité du pointage ainsi que la capacité à transmettre, avec précision et fiabilité, l'impressionnante quantité de données scientifiques acquises en orbite. La conception proposée par Thales Alenia Space s'appuie sur l'expérience acquise avec  la plate-forme Herschel / Planck, qui a démontrée d'excellentes performances en orbite, intégrée à un système de pointage innovant, agile et précis ainsi qu’à un sous-système de télécommunications à la pointe de la technologie.

 

Photos copyrights: ©Thales Alenia Space, Esa/ATG Medialab, Euclid Consortium (image); NASA/ESA, Hubble, CANDELS, Koekemoer et al. 2011, Grogin et al. 2011 (data).