Aller au contenu principal

La Journée mondiale de la météorologie à l’honneur aujourd’hui

Aujourd’hui, c’est la Journée météorologique mondiale, qui met en lumière la contribution des Services météorologiques et hydrologiques nationaux au profit de la sécurité et du bien-être de la société. De nombreuses activités et manifestations sont organisées à cette occasion dans le monde entier, sur des thématiques associées à la météo, au climat ou aux enjeux hydrologiques. Chez Thales Alenia Space, nous sommes très sensibles aux conséquences du réchauffement climatique. Depuis quatre décennies, nos ingénieurs ont apporté tout leur savoir-faire afin de mettre à disposition de la communauté scientifique, des institutions et des organes de décisions des données précieuses, relatives à la surveillance de l’environnement, à l’océanographie ou en encore à la météorologie. Cet événement représente une occasion parfaite de rappeler l’intérêt des technologies spatiales afin d’améliorer notre quotidien tout en assurant la préservation et la protection de notre Planète.

 

© Shutterstock

Surveillance de la Terre et effets du dérèglement climatique depuis l’espace
 

Une couverture satellitaire globale offre une perspective unique sur notre planète. Les informations provenant de l’espace peuvent aider à améliorer les rendements agricoles, à empêcher la destruction de l’habitat et à stopper la déforestation. Les satellites sont aussi à l’origine de la découverte du trou de la couche d’ozone et leurs données sont aujourd’hui inestimables pour juguler le bouleversement climatique.

 

Cyclone Idai, West of Madagascar - Sentinel-3 © contains modified Copernicus Sentinel data (2019) processed by ESA

 

Pour anticiper les conséquences du réchauffement global et protéger notre planète, nous avons besoin de données précises et fiables sur la manière dont notre environnement naturel se transforme. Certains satellites d’observation de la Terre peuvent apporter ce type d’informations, recueillies sur des périodes prolongées et partout dans le monde.

Alors que la météorologie fut la première discipline scientifique à recourir aux capacités spatiales dans les années 1960, les satellites peuvent à présent nous aider à prendre le pouls de notre planète, berceau de la vie, en nous renseignant par exemple sur les phénomènes atmosphériques, la couleur et la température des océans, la gravité terrestre, et bien d’autres paramètres encore.

Certains satellites d’observation en orbite autour de la Terre sont spécialement conçus pour la surveillance de l’environnement. Ils permettent aux scientifiques et aux instances décisionnaires de mieux surveiller l’impact du changement climatique, y compris dans des endroits reculés où aucun autre système n’est opérable.

Chaque jour, leurs « yeux » restent rivés sur notre planète et capturent des images riches en informations pour nous aider à réagir en cas de catastrophes naturelles, à comprendre le dérèglement climatique, à mieux utiliser les ressources naturelles et à protéger les populations à risque.

 

Fournir une aide pour lutter contre la faim dans le monde, améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, et promouvoir une agriculture durable

 

The province of Pavia, Italy - Picture taken using a COSMO-SkyMed satellite © ASI, distributed & processed by e-Geos

 

L’imagerie satellitaire aide les cultivateurs à décider du meilleur moment pour arroser, fertiliser et récolter. À l’aide d’outils spécifiques, des paramètres comme la vigueur des plantations et la productivité peuvent être mesurés. Les terres agricoles représentant 37 % de la surface du globe, on comprend bien pourquoi les satellites, avec leur vaste couverture, peuvent être précieux pour recueillir ce type de données.

Thales Alenia Space est à la pointe de la météorologie géostationnaire européenne, en tant que maître d’œuvre des trois générations de satellites Meteosat pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA) et d’Eumetsat, l’organisation européenne chargée d’exploiter les satellites de surveillance météorologique, climatique et environnementale. Les météorologues s’appuient depuis plus de 45 ans sur les satellites de la famille Meteosat pour générer les bulletins de prévision. Thales Alenia Space a assuré la maîtrise d’œuvre de tous les satellites météorologiques européens en orbite géostationnaire à ce jour.

Les vigies bienveillantes de l’espace

L’entreprise travaille main dans la main avec l’ESA dans le cadre du programme de surveillance de l’environnement Copernicus de la Commission européenne, qui comprend 12 familles de satellites Sentinel développées par l’industrie spatiale européenne pour le compte de l’ESA.

 

Copernicus © Thales Alenia Space

 

Sentinel-1 surveille les mers et les terres émergées de jour comme de nuit et par tous les temps grâce à ses capacités radar ; Sentinel-2 et Sentinel-3 acquièrent des images optiques haute résolution des sols et zones côtières ; Sentinel-4 et Sentinel-5 sont dévolus aux missions de météorologie et climatologie ; et Sentinel-6 surveille les océans de la planète. Thales Alenia Space est le maître d’œuvre des Sentinel-1 et Sentinel-3, responsable du segment sol Image de Sentinel-2, et partenaire du spectromètre imageur de Sentinel-5P et de l’altimètre-radar Poseidon-4 de Sentinel-6.

 

 

En 2020, Thales Alenia Space a également été sélectionnée pour cinq des six nouvelles missions Copernicus Expansion, trois en tant que maître d’œuvre - CIMR, ROSE-L et CHIME - et deux comme responsable de la fourniture des charges utiles - CO2M et CRISTAL. Ces nouveaux satellites mesureront le dioxyde de carbone atmosphérique produit par l’activité humaine, sonderont la banquise et la neige la recouvrant, soutiendront de nouveaux services optimisés d’aide à la gestion durable de l’agriculture et de la biodiversité, observeront la température et la salinité de la surface des océans et la densité de la banquise, et soutiendront les services de surveillance des terres et la gestion des urgences.

 

SWOT © Thales Alenia Space/Imag[IN]

 

En tant que leader mondial en altimétrie et partenaire majeur de certaines des plus illustres missions internationales dédiées à l’océanographie, Thales Alenia Space travaille également sur le satellite franco-américain SWOT (Surface Water Ocean Topography), qui révolutionnera l’océanographie moderne en détectant les caractéristiques des océans avec une résolution 10 fois supérieure à celle des technologies actuelles. L’entreprise est par ailleurs maître d’œuvre du système d’observation radar de la Terre COSMO-SkyMed, dont le deuxième satellite de la seconde génération a été lancé le 1er février.

La météorologie 3.0 avec MTG

 

Meteosat Troisième Génération © Thales Alenia Space

 

Au fil des décennies, la météorologie européenne n’a jamais cessé de gagner en exactitude. Avec la première génération des satellites Meteosat, les images étaient rafraîchies toutes les 30 minutes. Ce délai a été réduit à 15 minutes avec la constellation de deuxième génération, et tombera à 10 minutes seulement avec MTG (Meteosat Troisième Génération), rendant les bulletins météo encore plus fiables. Les données de MTG promettent de révolutionner le secteur des prévisions météo et de fournir un éclairage encore plus précis des mutations de l’atmosphère, des surfaces terrestres et des océans. Les orages violents et autres phénomènes météorologiques extrêmes constituent des menaces de plus en plus fortes pour la société, que la mission MTG entend précisément réduire en les anticipant davantage. Outre la précision des prévisions météo, l’immense quantité de données générée par cette flotte unique de satellites et leurs capteurs permettra également de modéliser plus facilement le système terrestre et de mieux comprendre les changements climatiques actuels, afin de pouvoir agir en conséquence. MTG se compose de 6 satellites : 4 imageurs et 2 sondeurs atmosphériques capables de fournir une cartographie 3D de l’atmosphère. Il s’agit là d’une véritable rupture technologique, et d’une première mondiale ! Grâce aux sondeurs, la détection des phénomènes climatiques extrêmes sera anticipée d’une demi-journée. En outre, en combinant l’ensemble du système, les météorologues amélioreront les prévisions météo avec une anticipation de 8 jours. Ce sera un grand pas en avant pour prévenir les populations concernées en cas d’alertes météo. MTG va véritablement contribuer à sauver des vies et ouvrir la voie à de nouveaux types de service dont bénéficieront les citoyens européens et africains. Une fois que l’ensemble de la flotte MTG sera en orbite, Eumetsat bénéficiera des services météo les plus performants au monde.

Créer un ‘jumeau numérique’ de la Terre

 

© Esa

La récente pandémie mondiale a révélé aux populations l’importance des moyens orbitaux pour fournir rapidement des informations géospatiales fiables, tant à l’échelle globale que locale, afin de pouvoir s’adapter aux mutations rapides du contexte. Ces données sont essentielles pour déterminer l’état de la situation, suivre son évolution et étayer les mesures effectives pour contenir son impact. L’Agence spatiale européenne, la Commission européenne et d’autres institutions, à la fois nationales et internationales, ont soutenu le développement de nouvelles applications spatiales pour permettre de mieux gérer la crise sanitaire. Les systèmes orbitaux ont rappelé à maintes reprises le caractère vital de leurs informations pour traiter diverses catastrophes naturelles ou causées par l’humanité, en participant à la gestion des risques et aux actions d’urgence. Ces systèmes jouent à présent un rôle fondamental dans le suivi de notre environnement, en identifiant les changements du climat et autres indicateurs, ainsi qu’en soutenant le processus décisionnel et la mise en œuvre des mesures de prévention.

Dans cette optique, la Commission européenne et l’ESA ont décidé de lancer un programme conjoint visant à développer un modèle de « jumeau numérique de la Terre », basé sur les flux massifs de données provenant de diverses missions spatiales.

"Ce jumeau numérique nous aidera à développer des modèles analytiques et prédictifs, à comprendre les changements et à relever le défi de la durabilité. En d’autres termes, l’importance du secteur spatial n’a jamais été aussi grande qu’en ce moment critique pour l’histoire de l’humanité. Pour nous, industriels, c’est également le moment choisi pour repenser nos priorités stratégiques et les actions publiques nécessaires pour faire en sorte que nous fassions partie du monde de l’après-Covid " Massimo Comparini, Président-Directeur général adjoint et Directeur des activités Observation, Exploration et Navigation de Thales Alenia Space.

"Le digital, le cyberespace, l’intelligence artificielle, la robotique et autres technologies clés nous aideront à relever le défi du « Green New Deal », ou pacte vert. Une société connectée n’est que l’un des nombreux projets qui fourniront une réponse pragmatique à des objectifs à court terme, tout en soutenant une vision à plus long terme pour une économie durable. "

 Video Copernicus © Thales Alenia Space/Master Image Programmes