« Pour nos vies martiennes ! »

Bonjour ! Je suis la planète Mars. Vous me connaissez depuis que vous observez le ciel nocturne. Vos ancêtres grecs, babyloniens, hindous ou égyptiens m’associaient à leur dieu de la destruction, de la guerre, de la mort ou encore du feu. Au fil des siècles, je vous ai beaucoup inspirés : chroniques, films, romans, chansons… peut-être trop inspirés d’ailleurs : un temps, vous avez cru en la présence de canaux martiens à ma surface et même de petits hommes verts.

 

 

 

 

Mais vous avez regardé de plus près, vos technologies pour m’observer sont devenues plus sophistiquées, plus précises. Vous finissez par en apprendre tellement sur moi que vous vous rapprochez de moi et parfois, je vous laisse rentrer dans mon atmosphère et vous venez me rendre visite. En 2016, j’ai eu la joie de rencontrer le satellite de la mission ExoMars*. On l’appelle l’Orbiteur Traceur de Gaz. Son rôle consiste en effet à « renifler » l’atmosphère martienne pour y déceler des traces de Gaz, le méthane en particulier, pour déterminer ensuite s’il est d’origine biologique. En d’autres termes, vous voulez savoir si j’ai accueilli de la vie. Je ne vous dirai rien, même sous la torture !(rires) Je resterai muette comme je l’ai toujours fait, je respecterai le code d’honneur du soldat : à vous de découvrir mon histoire, vous êtes si proches du but !

 

 

 

 

Mais je suis bonne joueuse et attend avec impatience l’arrivée de la plateforme d’atterrissage russe en 2021, avec à son bord le rover de l’Agence Spatiale Européenne. Je crois comprendre que vous voulez faire de ma surface un lieu de conquête, vous voulez y poser vos bagages comme l’avait écrit Ray Bradbury. La tâche n’est pas aisée : il va d’abord falloir venir au contact, comme l’ont fait précédemment nos amis américains, venir m’analyser et me comprendre davantage !

 

From “Space Oddity” to “Life on Mars”

J’ai entendu le Major Tom parler de votre messager, ExoMars rover. Il porte mon nom, je suis flattée. Je l’attends de pied ferme. Il y a quelques mois, l’orbiteur a pris la peine de me prendre en photo à la suite de son insertion dans son orbite scientifique. J’apprécie la démarche, il parait que les clichés sont superbes, en particulier ceux du cratère de Korolev.

 

 

 

 

Je laisserai votre rover prélever tout ce qu’il souhaite à ma surface et même s’il creuse, je ne dirai rien. Mais attention, il devra être rapide ! La poussière présente à ma surface, finira par recouvrir ses panneaux solaires de votre messager qui finira par ne plus pouvoir se déplacer grâce aux rayons du Soleil. Ses circuits électroniques seront endommagés par mes températures glaciales. Je ne serai pas clémente avec lui, vos ancêtres ne s’étaient pas trompés quant à mon caractère belliqueux. Mais j’ai confiance en vous et je suis persuadée que le rover de la mission ExoMars vous fera parvenir de précieuses informations via l’Orbiteur Traceur de Gaz, qui veille à mes moindres faits et gestes. La mission scientifique est en ordre de marche à présent.

 

 

 

 

La mission ExoMars 2020, dont Thales Alenia Space est maître d'œuvre (au même titre que pour la première mission), consistera à faire atterrir une plateforme avec, à son bord, le précieux rover. Les américains ont réalisé cet exploit à plusieurs reprises. Ce sera une grande première pour l’Europe. Vous avez vu les choses en grand, ou plutôt en costaud : la plateforme de surface aura une masse de 827,9 kg, celle du rover sera de 310 kg. Un « poids » plume quand on pense à l’ampleur d’une telle mission ! La grande nouveauté, c’est que le rover effectuera des forages à 2 mètres de profondeur pour prélever des échantillons (jamais robot n’a pu creuser aussi loin). Les échantillons seront ensuite analysés via un mini-laboratoire, hyper sophistiqué et parfaitement stérilisé, embarqué à bord de l’astromobile. Vous essaierez d’y trouver, non pas des petits hommes verts comme les créateurs de bande dessinés d’après-guerre se sont amusés à les dépeindre, mais des bactéries qui, si elles existent, apporteront enfin la réponse à la question existentielle de votre « Space Singer » préféré, David Bowie : « Is there Life on Mars » ? Ou plutôt, devrait-on dire, y-a-t-il eu des traces de vies passées sur Mars… « That is the question ». Well, you’ll see… (rires)

 

 

 

 

2020, c’est demain et je pense être aussi excitée que vous à l’idée que l’on me rende visite pour une mission aussi passionnante !

 

ExoMars* est programme d’exploration spatiale conjoint entre l’Agence Spatiale Européenne et l’Agence Spatiale Russe, Roscosmos. Il vise à étudier l’atmosphère martienne ainsi que le sol de la Planète Rouge afin de tenter d’y découvrir des traces de vies passées. Le programme, dans sa globalité (missions 2016 et 2020) est conduit sous la maîtrise d’œuvre industrielle de Thales Alenia Space.

 

Photos copyrights:
Artistic views 1 & 3: © ESA/ATG medialab
Artistic views 2, 4 and 5: © Thales Alenia Space/Master  Image Programmes
ExoMars Rover - Cartoon: © Aster