Aller au contenu principal

Rosalind Franklin se prépare à découvrir des traces de vie sur Mars

Le rover « Rosalind Franklin » de la mission ExoMars 2022 chargée de rechercher des traces de vie passée ou présente sur la Planète rouge, est équipé de l’Analytical Laboratory Drawer (ALD), un mini-laboratoire sophistiqué capable d’analyser sur place les échantillons collectés par une foreuse qui pénètrera la surface de Mars jusqu’à deux mètres de profondeur. Il pourra ainsi détecter la présence d’éventuels contaminants organiques qui seront alors considérés comme de la « matière vivante ».

Pour sécuriser cette quête de traces de « vie sur Mars », le véhicule doit éviter toute forme de contamination extérieure. Le mini-laboratoire se trouve donc actuellement dans une zone totalement stérile, exempte de particules ou de spores émanant du processus d’intégration sur Terre.

 

© Thales Alenia Space

L’intégralité du rover et tout particulièrement l’ALD ont bien sûr été assemblés dans une salle blanche ultra-propre obéissant à des règles de protection planétaire extrêmement strictes. Mais pour garantir la stérilité totale du rover Rosalind Franklin, fabriqué par Airbus Defence and Space au Royaume-Uni, le site turinois de Thales Alenia Space a procédé à une première inspection, avant de transférer le véhicule dans les locaux de l’entreprise à Rome pour le soumettre à des tests dits d’« étuvage ».

Le véhicule est placé à l’intérieur d’une chambre à vide et soumis à la température maximale qu’il peut endurer. Cette épreuve permet d’éradiquer, par évaporation, les plus infimes contaminants présents dans les moindres recoins.

 

© Thales Alenia Space

Pendant toute la procédure de test, la zone stérile sera maintenue à une pression supérieure à celle de l’environnement extérieur. La contamination sera mesurée à l’aide de microbalances à quartz, capables de déceler la moindre trace de contaminant au nanogramme près. Tout contaminant résiduel potentiel se déposera sur les balances maintenues à une température de -40°C. Le test durera un mois, à l’issue duquel les émissions de contaminant atteindront un plateau.

 

© Thales Alenia Space

En parallèle, le modèle d’essai au sol GTM (Ground Test Model) - l’alter ego terrestre du rover Rosalind Franklin - a fait l’objet de tests au Centre de contrôle des opérations du Rover (ROCC) au sein d’Altec, à Turin. Les récents tests de forage à 1,7 m de profondeur, de collecte et de stockage d’échantillons dans l’ALD ont été réalisés avec succès.

Enfin, le site turinois de Thales Alenia Space a mené des opérations de maintenance et d’étalonnage des instruments scientifiques de la plateforme d’atterrissage, à l’intérieur de la salle blanche ultra-propre. Le processus complexe d’inspection de toutes les fonctions du véhicule se poursuit sous la supervision d’un logiciel mis à jour et constamment adapté aux exigences de la mission de 2022.

 

© Thales Alenia Space

A propos de la mission ExoMars 2022

ExoMars est un programme d’exploration martienne, sous maîtrise d’œuvre industrielle Thales Alenia Space, mené en coopération entre l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence spatiale russe, Roscosmos, avec des contributions de la NASA.

Dans le cadre d’ExoMars 2022, Thales Alenia Space est responsable de la conception, du développement et de la vérification du système dans son ensemble, ainsi que du développement du système de navigation et de guidage du module de transport (Carrier Module) et du système de guidage, navigation et contrôle de la phase de rentrée, descente et atterrissage (EDL/GNC). L’entreprise fournit également des éléments clé du rover, dont le laboratoire d’analyse d’échantillons ALD (Analytical Laboratory Drawer), et certains composants essentiels de la plateforme d’atterrissage « Kazatchok », dont l’altimètre-radar. Thales Alenia Space en Italie a formé un partenariat technique avec la société russe NPO Lavotchkine pour développer conjointement le module de descente. Pour sa part, OHB est chargé de développer le Carrier Module (CM) et de fournir certains sous-systèmes de l’ALD, tels que les mécanismes, la structure et les faisceaux de câbles du SPDS (Sample Preparation and Distribution System). Le rover est fourni par Airbus Defence and Space UK, tandis que Leonardo développe le système de forage, ainsi que le logiciel et l’unité de commande des mécanismes de la foreuse et de l’ALD. Altec (Aerospace Logistics Technology Engineering), une société conjointe entre Thales Alenia Space en Italie (63,75 %) et l’Agence spatiale italienne ASI (36,25 %), est responsable de la conception, du développement et de la maintenance du ROCC (Rover Operation Control Center), ainsi que du contrôle du rover à la surface de Mars.

L’orbiteur TGO (Trace Gas Orbiter) fabriqué par Thales Alenia Space pour la première mission ExoMars, est déjà en orbite autour de la Planète rouge. En plus d’étudier les gaz à l’état de trace dans l’atmosphère martienne, d’origine biologique ou géologique, l’orbiteur fera également office de relais de données pour les transmissions entre le rover ExoMars 2022 et la plateforme scientifique de surface, et celles émanant d’autres rovers déployés par les agences partenaires.