Thales Alenia Space à la UK Space Conference 2019

Thales Alenia Space participera activement à la UK Space Conference, qui se tiendra du 24 au 26 septembre, à Newport, au Pays de Galles. Organisé sous l’égide de l’Agence Spatiale Britannique, l’événement rassemble tous les grands acteurs du spatial : industriels, entrepreneurs, utilisateurs, chercheurs, académies, agences… Cette conférence offre à Thales Alenia Space l’opportunité de mettre en exergue l’étendue de ses activités, en particulier en matière de solutions de télécommunications visant à apporter le très haut débit dans les zones blanches (avec l’exemple de KONNECT VHHTS), son expertise en termes de technologies d’Observation de la Terre au service de la surveillance de l’environnement ainsi que ses grands succès dans le domaine de l’exploration spatiale.

Thales Alenia Space : fer de lance de la réduction de la fracture numérique en Europe

La fracture numérique demeure une réalité en Europe. Les chiffres parlent d’eux-mêmes… 27% des habitations européennes seulement ont accès à Internet avec un débit supérieur à 30 Mbps. Dans les zones dites blanches, zones isolées souvent rurales, mal ou non desservies, le déploiement de la fibre peut s’avérer très onéreux au regard du nombre de foyers concernés.

 

KONNECT VHTS © Thales Alenia Space/Master Image Programmes

 

A l’occasion de la UK Space Conference, Thales Alenia Space expliquera les avantages de la technologie satellitaire au service de la réduction de la fracture numérique en France et en Europe, à travers l’exemple concret du programme KONNECT VHTS. Equipé d’un processeur numérique très puissant, le satellite de télécommunications géostationnaire d’Eutelsat permettra d’apporter l’Internet Très Haut Débit n’importe où en Europe, en particulier dans les zones blanches, avec un niveau de service comparable à celui de la fibre optique, tant en termes économique que de performances. Le système KONNECT VHTS offrira à ce titre de l’ordre de 500 Gbps de débit instantané sur toute l’Europe.

Pour une meilleure surveillance de notre Planète

 

Copernicus © ESA

 

A travers la réalisation de satellites d’Observation de la Terre, Thales Alenia Space joue un rôle central dans le cadre de la compréhension du changement climatique. Les « Sentinel », développés pour le compte de l'ESA dans le cadre du programme Copernicus de l’Union Européenne, représentent une composante essentielle en matière de surveillance de l’environnement en Europe. La famille des “Sentinel” est composée à ce jour de six séries de satellites ou d’instruments : Sentinel-1 vise à assurer la continuité des données radar d’ERS et d’Envisat tandis que Sentinel-2 et -3 sont dédiés à la surveillance des terres et des océans. Les instruments Sentinel-4 et -5 sont destinés à des missions de météorologie et de climatologie. Sentinel-6 assurera la continuité opérationnelle des missions altimétriques de Jason. Dans le cadre de Copernicus, Thales Alenia Space est maître d’œuvre des familles de satellites Sentinel-1 et -3 (4 satellites par mission), est responsable du segment sol Image de Sentinel-2, réalise le spectromètre imageur à bord de Sentinel-5P ainsi que l’altimètre radar Poseidon-4 de la mission Jason-CS/Sentinel-6. Nous avons par ailleurs réalisé un grand nombre de satellites d’Observation de la Terre ou d’instruments dédiés à diverses applications : océanographie, altimétrie, météorologie, cartographie, gestion de catastrophes naturelles, climatologie, etc…

 

MTG © Thales Alenia Space/Master Image Programmes

 

Tous les satellites de météorologie géostationnaires européens Meteosat ont par ailleurs été réalisés par Thales Alenia Space. Après avoir réalisé 7 satellites de première génération, 4 de seconde génération (MSG), nous travaillons en ce moment sur la troisième génération de satellites météorologiques européens, réalisés pour le compte de l’ESA et d’Eumetsat. Cette dernière génération comprend 6 satellites : 4 imageurs et 2 sondeurs atmosphériques.

En outre, Thales Alenia Space a signé en 2017 un contrat avec l’Agence Spatiale Britannique pour travailler sur MicroCarb, mission conjointe franco-britannique qui mesurera les sources et les puits de CO2, principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique. Il s’agit de la première mission européenne destinée à caractériser les flux de gaz à effet de serre à la surface de la Terre et à mesurer la quantité de carbone absorbée par les océans et les forêts.

Une expertise inégalée en Europe en matière d’exploration spatiale

 

 

Vénus, Mars, Mercure, Saturne, la Lune, astéroïdes et comètes… Thales Alenia Space est le partenaire incontournable des plus fantastiques missions européennes à travers le Système Solaire.

A l’instar d’ExoMars, Thales Alenia Space était le maître d’œuvre de Herschel et Planck, les plus grands observatoires spatiaux jamais développés en Europe. La société, qui a également intégré et développé Corot, le chasseur d’exoplanètes français en orbite basse, sera très fortement impliquée dans le programme PLATO qui lui aussi va traquer les exoplanètes mais depuis le point de Lagrange 2 grâce aux unités optiques du télescope réalisées par Leonardo en coopération avec des instituts et des universités. Nous sommes par ailleurs un partenaire de première importance à bord la mission BepiColombo, destinée à l’exploration de la planète la plus mystérieuse du système solaire : Mercure.

 

BepiColombo © ESA/NASA

 

Thales Alenia Space a également réalisé 25 des 64 antennes paraboliques (contribution européenne) du champ de radiotélescopes gigantesques ALMA, déployées sur le plateau d’Atacama au Chili. En outre, Thales Alenia Space a joué un rôle de premier rang dans la fameuse odyssée Rosetta-Philae [en particulier les activités d’assemblage, d’intégration et de tests effectués sur le satellite] de même que sur Cassini-Huygens. Cette dernière mission avait permis d’explorer les couches atmosphériques de Titan et atterrit sans encombre sur la plus mystérieuse lune de Saturne. La sonde Huygens avait été réalisée sous la maîtrise d’œuvre de Thales Alenia Space. La compréhension de la matière noire, avec le programme européen Euclid, est aussi à l’ordre du jour dans les salles blanches de Thales Alenia Space.

 

ExoMars Rover © Thales Alenia Space/Master Image Programmes

 

En attendant, l’Europe retient son souffle en prévision de la mission ExoMars 2020. En 2021, le rover de l’ESA devrait se poser sur la Planète Mars. Equipé d’une foreuse réalisée par les équipes de Leonardo, le rover effectuera des prélèvements à 2 mètres de profondeur pour tenter d’y découvrir des traces de vies passées (bactéries) tandis que l’Orbiteur (Trace Gas Orbiter) lancé en 2016 poursuit toujours sa mission scientifique, « reniflant » inlassablement l’atmosphère martienne, pour essayer d’y trouver des traces de méthane en particulier.

De son offre de solutions de télécommunications Très Haut Débit aux systèmes d’Observation destinés à la surveillance du climat en passant par ses succès en matière d’exploration spatiale, Thales Alenia Space sera définitivement sur tous les fronts à l’occasion de la UK Space Conference.