Aller au contenu principal

Drones hostiles : on a trouvé la PARADE

Dans les prochaines années, nous allons voir notre ciel se consteller progressivement de millions de drones. Outre qu’ils vont rendre la gestion du trafic aérien beaucoup plus complexe, ces objets volants pas toujours très bien identifiés vont poser de sérieux défis en matière de sécurité et de sûreté. Des défis que les industriels sont prêts à relever, comme nous l’explique Thierry Bon, en charge de la lutte antidrone chez Thales.

© Thales

Les autorités françaises viennent de notifier à un consortium d’entreprises conduit par Thales et CS Group un contrat visant à renforcer leurs moyens de lutte antidrones. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce contrat ?

Il s’agit d’un contrat de 350 millions d’euros sur une durée de onze ans qui nous a été attribué au terme d’un appel d’offres lancé par la Direction générale de l’armement (DGA) en 2021 dans le cadre du programme PARADE1.

Le système PARADE vise à détecter, classifier et neutraliser de manière sécurisée des micro et mini-drones et à assurer la protection des personnes, des biens et des activités sur et hors du territoire national. Cela s’applique à la fois à des infrastructures et à de grands événements, dans le respect des lois et règlement nationaux et internationaux.

Le contrat porte, dans un premier temps, sur l’acquisition par les forces armées de six systèmes de lutte antidrones dont les premiers exemplaires seront livrés d’ici la fin de l’année. 

La toute première mise en œuvre aura lieu à l’occasion d'un évènement sportif emblématique qui va se tenir en France : la coupe du monde de Rugby en 2023.

Qu’est ce qui rend ce système PARADE particulièrement remarquable ?

En premier lieu, il s’agit d’un système totalement intégré qui ne nécessite qu’un seul opérateur. Il présente des qualités assez exceptionnelles en matière de détection et de classification (radar, goniomètre, dispositifs optroniques) et d’aide à la décision grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle.

En second lieu, les systèmes PARADE, en plus d’assurer une protection permanente et à 360° des sites où ils seront déployés, sont également mobiles par la route, la mer ou les airs d’un site à l’autre, ce qui accroît considérablement leur périmètre et leur rapidité d’action. 

Les dispositifs pourront aussi être déployés dans le cadre d’une utilisation « civilo-militaire », notamment pour protéger des infrastructures critiques telles que les bases militaires en France et également sur les théâtres d’opération extérieurs.

Enfin, PARADE est un bel exemple d’une coopération inter-entreprises réussie. 

© Thales

Pouvez-vous justement nous en dire plus sur le consortium chargé de développer le système PARADE ?

Ce consortium réunit quelques-unes des meilleures entreprises de la lutte antidrone, spécialement contre les micro et mini-drones, à commencer par CS GROUP, entreprise reconnue du domaine, en France et à l’international. On trouve aussi des PME françaises du meilleur niveau telles que CerbAir (goniomètre), Exavision (optronique) et MC2 Technologies (brouillage) et internationales comme le néerlandais Robin (détection par radar).

Thales, pour sa part, est un acteur réputé des opérations aériennes civiles et militaires depuis plus de quarante ans. Le Groupe apporte son savoir-faire en matière de commandement et de conduite, de défense aérienne, de cybersécurité, de performance système de bout en bout, et aussi ses capacités dans les architectures digitales orientées lutte antidrones et son expertise d’intégrateur de systèmes complexes.

1 Programme de protection déployAble modulaiRe Anti-DronEs