La guerre des mines

Leader mondial dans les systèmes de guerre des mines, Thales propose aux forces navales un ensemble de dispositifs pilotés ou non pilotés. Les systèmes embarqués sur navires ont déjà fait leurs leurs preuves en opération, avec notamment les sonars type 2093 et 2193. Des études de pointe sont également conduites sur les navires de surface sans équipage.

Jason Dey, chef de produits en charge des systèmes de mission navals à Templecombe, en Grande-Bretagne, fait le point sur quelques-uns des produits et des capacités présentés au salon de la défense et de la sécurité, à Londres.

Quelles sont exactement vos fonctions ?
Comme chef de produits en charge de la guerre des mines, ma fonction consiste à établir les stratégies techniques et commerciales applicables à ce type de produits, pour répondre aux besoins actuels et futurs des opérateurs. Nous sommes ici dans le cadre d’une demande du marché, avec des investissements dans les technologies et les développements les mieux adaptés pour soutenir et développer notre activité de contremesures antimines, avec des produits vraiment innovants.   

Et votre rôle dans les programmes MCUBE et Halcyon présentés  à Londres ?
MCUBE et Halcyon sont nos solutions les plus récentes en matière de commandement et de contrôle pour la guerre des mines, et de navires de surface autonomes, respectivement. La combinaison de ces deux solutions permet aux systèmes de contremesures conventionnels avec équipages – qui impliquent généralement un navire équipé de différents capteurs et systèmes de contrôle-commande –, d’opérer une transition vers les systèmes de contremesures autonomes.  

Cette transition offre de nombreux avantages, puisqu’elle permet d’éloigner les opérateurs des champs de mines et d’accélérer la cadence opérationnelle. Je dois donc m’assurer que nous pouvons proposer une solution autonome intégrée, fiable et aisément exploitable, offrant des niveaux de performance équivalents à ceux des systèmes conventionnels.  

Parlez-nous de MCUBE
MCUBE est un système de gestion de mission pour les contremesures antimines, actuellement en service auprès de trois marines nationales, et sous contrat avec deux autres. Il offre des capacités de contrôle-commande pour la mise en œuvre des contremesures, à partir d’un conteneur portable, d’un bâtiment ou d’une plateforme. Utilisé avec un navire de contremesures antimines (MCMV), il permet aux opérateurs de planifier, surveiller et évaluer les opérations, grâce aux capteurs embarqués, tout en disposant d’une appréciation adéquate de la situation tactique. Son architecture ouverte permet l’insertion simple de modules pour exploiter des systèmes déportés, dans le cadre de la future feuille de route de la Marine britannique pour la mise en œuvre de ces systèmes.

Son architecture ouverte permet l’insertion simple de modules pour exploiter des systèmes déportés, dans le cadre de la future feuille de route de la Marine britannique pour la mise en œuvre de ces systèmes.  

Et Halcyon ?
Halcyon est un navire de surface autonome (USV) développé en collaboration par Thales et la firme ASV Global, à Portsmouth. Il permet de conduire des opérations à une distance significative du centre de contrôle. L’USV est équipé d’un ensemble de capteurs de surface et immergés pour collecter de nombreuses informations exploitables, et surtout, établir précisément l’état de la situation. ASV Global est l’un des principaux développeurs de technologies pour les navires sans équipage et les plateformes associées.

Le système de contrôle autonome est doté de capacités conformes à la réglementation internationale COLREG pour la navigation et l’évitement des collisions, avec des capacités manœuvrantes spéciales pour maximiser les performances globales de l’USV et des charges utiles. Cette plateforme a été conçue dès le départ pour permettre différentes configurations des charges utiles, embarquer des ensembles importants de capteurs, sans oublier les besoins d’autonomie et de tenue en mer, qui assurent sa disponibilité pour les futures opérations. Les communications sécurisées permettent le contrôle-commande à distance, et la surveillance de l’ensemble grâce à MCUBE.

Halcyon est-il uniquement destiné aux applications militaires ?
Halcyon peut être utilisé pour toutes les missions où la mise en œuvre d’une plateforme autonome présente des avantages évidents. Il peut être utilisé, par exemple, pour les relevés hydrographiques, ou pour déployer les véhicules sous-marins autonomes qu’utilisent les industries pétrolières et gazières.

Halcyon joue un rôle dans les futurs plans de la Marine britannique, et a participé l’année dernière à l’exercice Unmanned Warrior. Comment s’est-il comporté ?
En 2016, Thales a effectivement présenté Halcyon avec MCCUBE, ainsi que le produit T-SAS, lors de cet exercice, dans le cadre des démonstrations de contremesures antimines. Ce qui a permis de confirmer que l’utilisation des USV équipés de sonars remorqués constituait une solution crédible comme alternative aux MCMV conventionnels. Les excellentes performances du système ont été assurées grâce à la conception intégrale privilégiée dès le départ, plutôt que de recourir à une charge utile installée sur une plateforme.

Les excellentes performances du système ont été assurées grâce à la conception intégrale privilégiée dès le départ, plutôt que de recourir à une charge utile installée sur une plateforme.

Pourquoi supprimer l’intervention humaine sur les champs de mines ?
La mise en œuvre conventionnelle de contremesures antimines s’accompagne toujours de risques pour les personnels participant aux opérations de détection et de neutralisation. Placer les opérateurs à distance de sécurité revêt donc une importance vitale, et aucune méthode n’est plus efficace que celle consistant à intervenir à distance, loin du danger.

Les mines sont-elles toujours une menace en mer ?
Les mines sont un moyen économique pour bloquer une voie de navigation, interdire l’accès d’un port et rendre inutilisable les zones de mouillage habituelles. Les dommages provoqués par une mine sur un navire de surface peuvent être considérables par rapport à la valeur intrinsèque de la mine. Ces deux aspects font que cet engin reste une arme efficace, et de nombreux pays conservent encore des stocks importants. Des opérations de déminage menées en temps de paix se poursuivent d’ailleurs régulièrement, pour neutraliser et retirer des engins qui datent de la guerre froide, voire de la Deuxième Guerre mondiale.

Voyez-vous un avenir pour les véhicules autonomes capables de jouer un rôle déterminant dans les applications militaires et civiles ?
Absolument. Il est évident qu’éviter d’avoir des personnels bloqués sur une opération, tant militaire que civile, alors qu’un engin autonome peut prendre le relais, constitue une avancée qui sera prise en compte. Dans le domaine militaire, il s’agit de protéger et d’assurer la sûreté des individus. Les expériences passées montrent toutefois que ces systèmes assumeront de plus en plus de fonctions, notamment dans les domaines où ils présentent des avantages évidents en termes de réduction des coûts, ou simplement pour réaliser une tâche qu’un individu ne souhaite pas prendre à son compte.