Protéger nos voitures connectées de la «cyber-insécurité»

Les voitures sont aujourd'hui des objets connectés, et de ce fait, vulnérables aux cyberattaques. Thales travaille avec des constructeurs automobiles et des fabricants de pièces détachées afin de contrer les risques croissants de vols de données, mais aussi d'interférence avec les fonctions d'une voiture.

Personne ne confondrait un téléphone d'hier avec un smartphone actuel, et il est également important de comprendre que les voitures que nous conduisons aujourd'hui - et celles qui nous conduiront peut-être demain - sont truffées de renseignements et connectées à des réseaux externes.
 
Cela en fait aussi des cibles de choix pour les pirates informatiques.
 
« Nos voitures sont aujourd’hui d'ores et déjà des objets connectés », explique Laurent Sudarskis, Directeur de mission chez Thales Security, « nous travaillons donc avec les constructeurs automobiles et les fabricants de pièces détachées afin de contrer les risques croissants de vols de données, mais aussi d’interférence avec les fonctions d'une voiture. »

C’est en fait ‘l’écosystème’ tout entier de l'automobile qui a changé, en passant d'un système fermé à un système ouvert à de nombreux types de communication externe.
« Il ne s'agit pas seulement du système multimédia de divertissement d'une voiture, de la 4G ou du Bluetooth que nous utilisons au quotidien », explique Laurent Sudarskis, « nous devons protéger de nombreuses pièces et processus, par une approche globale et complète de la sécurité ». 
 
Il cite les boites télématiques qui communiquent avec les fabricants via GSM et transmettent les appels d'urgence, qui seront bientôt obligatoires, les systèmes embarqués de diagnostic qui contrôlent les sous-systèmes et l’entretien des véhicules, ainsi que les transmissions de données pour la gestion de flottes.
 
« Tout cela appelle une approche systémique et globale de la protection contre les cyberattaques », explique Laurent Sudarskis, « la sécurité ne peut plus être gérée de façon fragmentée, comme par le passé, car cela multiplie les risques. »
 
Thales travaille donc directement avec les constructeurs automobiles sur toute la chaîne de sécurité pour l’équipement embarqué. Cela comprend l’évaluation des risques de cyberinsécurité pour les nouvelles fonctionnalités, la définition de mesures de protection, ainsi que l’évaluation du niveau de sécurité de l’équipement actuel.
 

Le défi de la cybersécurité durable en matière de connectivité

Il est essentiel que les constructeurs automobiles et leurs fournisseurs concentrent leurs compétences pour relever les défis de la cybersécurité, et cela sans perdre de temps : Cette année, un nouveau règlement européen entre en vigueur concernant la protection des données personnelles dans les voitures, élargissant le champ des responsabilités des constructeurs automobiles en matière de protection des données.

Thales est prêt à poursuivre sa contribution pour faire en sorte que nos voitures connectées - aujourd'hui et demain - puissent être conduites, nous transporter, et puissent nous permettre de communiquer en toute sécurité.

Plus d'articles sur le sujet :