Thales Alenia Space : acteur central au cœur du programme Galileo

Vous connaissez tous le GPS, le système de navigation par satellite américain. Vous avez certainement entendu parler de Galileo, LE système de navigation européen. Saviez-vous que Galileo améliorait déjà considérablement le signal GPS reçu par votre smartphone ? Plus précis, adapté aux besoins civils des citoyens européens, le système Galileo a déjà été adopté par plus de 500 millions d’utilisateurs. Et vous, qu’attendez-vous ?

A propos de GALILEO

 

 

Galileo est le système mondial de navigation par satellite (GNSS) de l'Europe. Opérationnel depuis le 15 décembre 2016, les premiers services Galileo sont entièrement interopérables avec le GPS, tout en offrant aux utilisateurs des performances et des niveaux de services accrus ainsi qu’un positionnement bien plus précis. Eu égard aux premiers retours des utilisateurs européens, la navigation est fortement améliorée, la géolocalisation renforcée. Si les systèmes de navigation par satellite américain (GPS), russe (GLONASS) et Beidou (Chine) sont tous exploités par leurs armées respectives, le système Galileo, en revanche, représente la seule option GNSS au monde sous contrôle civil. La mise en orbite de futures satellites Galileo [la constellation sera entièrement opérationnelle à horizon 2020] permettra aux utilisateurs de bénéficier de nouveaux services.

Le rôle de Thales Alenia Space

 

 

Au mois d’octobre 2018, l’ESA a renouvelé sa confiance en Thales Alenia Space pour la phase opérationnelle du segment sol de mission Galileo (GMS) ainsi que pour le centre de sécurité Galileo (GSF), tous deux connus sous la terminologie WP2X.

D’un montant d'environ 324 millions d'euros, ce premier contrat comprend le développement et le déploiement de nouvelles versions de l'infrastructure permettant d'optimiser les services Galileo d'ici fin 2020, en particulier pour les services ouverts (Open Service) qui atteindront leur pleine capacité opérationnelle (Full Operational Capability), et pour les services publics réglementés (Public Regulated Services) qui, eux, auront alors une capacité opérationnelle initiale (Initial Operational Capability). Le contrat porte également sur la maintenance des versions opérationnelles actuellement déployées du GMS et du GSF. Soutenues par Thales Alenia Space et son consortium, l'ESA et la GSA renforceront les infrastructures sol de Galileo et les rendront plus robustes.

Le 20 décembre 2018, Thales Alenia Space avait par ailleurs annoncé la signature d’une nouvelle tranche du contrat cadre initialement signé le 18 octobre dernier avec l'Agence spatiale européenne (ESA), agissant pour le compte de la CE et de la GSA. Cette nouvelle tranche, d'un montant d'environ 130 millions d'euros, couvrira les activités jusqu’en juin 2021 relatives à :

  • L’achèvement du service PRS (Public Regulated Services)
  • L’adaptation du segment sol pour assurer l’interface, par le biais de plateformes points de contacts informatisées (Point of Contact Platforms), entre :
    • Le centre de sécurité de Galileo (GSMC) en charge de la gestion de l’accès PRS au niveau système
    • Les entités gouvernementales qui contrôlent l’accès sur leurs propres récepteurs

« Thales Alenia Space et ses partenaires vont proposer le meilleur de leurs solutions pour répondre à la fois, aux besoins des citoyens européens et des utilisateurs de Galileo en terme de services améliorés, et à l’enjeu d’indépendance stratégique pour l’Europe d’avoir un service PRS adapté » avait alors déclaré Jean-Loic Galle, Président Directeur Général de Thales Alenia Space.

C’est dans ce contexte, galvanisé par ces 2 récents contrats, que le programme industriel, connu sous le « nom de code » WP2X, sera formellement lancé le 23 janvier à Toulouse en présence de nos clients, de nos partenaires industriels et de l’équipe programme Thales Alenia Space. Une « European dream team » au service d’un programme de navigation par satellite  d’excellence !

 

Photos: ©Thales Alenia Space - Video: ©Thales Alenia Space/Master Image Programmes