Thales construit son usine du futur en Aquitaine

Les fondations du futur site de Thales viennent d’être lancées à proximité immédiate de l’aéroport Bordeaux-Mérignac. S’inscrivant dans les réflexions stratégiques sur l’usine du futur, ce campus industriel se veut avant tout innovant et accueillant.

Présent dans l’agglomération bordelaise depuis 1975, Thales est  un acteur majeur de l'aéronautique dans la région, se positionnant parmi les plus gros employeurs. Le Groupe y développe des compétences de premier rang mondial dans les domaines des systèmes embarqués aéronautiques tels que les systèmes de cockpit, les calculateurs de mission, les radars aéroportés, les systèmes de drones, ou encore du support et des services innovants.

Le Groupe a confirmé, en avril 2013, sa décision de procéder à un investissement d’envergure de 200 millions d’euros dans la zone de l’aéroport de Bordeaux Mérignac, appelée Aéroparc (voir encadré), avec la création d’un campus industriel ultra-moderne, destiné à accueillir d’ici fin 2016 la totalité des effectifs de ses deux sites actuels du Haillan et de Pessac, soit 2 300 personnes. Ce nouveau site, baptisé Air’Innov, se veut emblématique de la stratégie de croissance des activités de Thales qui vise à améliorer sa compétitivité tout en enrichissant l’environnement de travail de ses collaborateurs et en contribuant au développement de l’écosystème local.

Grâce à cette localisation stratégique, le Groupe bénéficiera de la proximité de ses grands clients comme Dassault Aviation, Sabena Technics, Airbus Defence and Space, l’Armée de l’Air, la SIMMAD entre autres, tout en se rapprochant de ses principaux sous-traitants. Elle lui permettra aussi de développer des projets avec l’université de Bordeaux et le pôle Aerospace Valley dans le cadre d’un plan d’action régional d’accompagnement du tissu de sous-traitants et de partenaires locaux

 

Vous avez dit Air’Innov ?

 

Air’Innov en quelques dates clés

Le nom du nouveau site illustre à la fois le côté Aéronautique et Innovation. Air pour qualifier le domaine dans lequel Thales évolue et Innov pour symboliser le fer de lance de ses activités et la marque de fabrique du futur campus industriel.

  • Juin 2014 : Obtention du permis de construire
  • Eté 2014 : mise en place des mesures de sauvegarde des espèces naturelles protégées*
  • Septembre 2014 : début des travaux de défrichement
  • Janvier 2015 : début du terrassement puis des fondations
  • 4ème trimestre 2016 : déménagement et installation

 

*Dans le projet Air’Innov, l’environnement joue un rôle important. Les 16 hectares déboisés sont compensés par 16 hectares plantés sur un autre site dans le département. De même les 13 hectares de zones humides détruites seront compensés par 20 hectares implantés.

Aéroparc : un modèle inspiré des Etats-Unis

La région Aquitaine a toujours été une place forte dans le paysage aéronautique français depuis le début du XXème siècle. La première guerre mondiale a eu un impact considérable sur le développement du secteur aéronautique, suite au transfert d'industries dans la région. Entre les deux guerres, les entreprises du secteur civil et du militaire ont continué à venir s'y installer. Bordeaux a été la première ville française à valoriser cette dualité. L'arrivée de Thales et de Dassault a renforcé cette identité. Aujourd'hui, l'aéronautique compte 15 000 emplois directs dans la métropole bordelaise et plus de 45 000 dans la région aquitaine. 

Ce bassin aéronautique a été renforcé par la création d’Aéroparc. S'inspirant des modèles américains, ce pôle d'activité regroupe aujourd’hui des grands noms de l'aéronautique comme Thales, Dassault, Safran, Airbus Defence and  Space ainsi que des PME avec pour objectif de concentrer à la fois des activités industrielles liées à l'aéronautique mais aussi une part importante de recherche et développement, notamment dans les domaines systèmes embarqués, drones et matériaux composites.

Aéroparc : un parc scientifique et industriel qui renforce l’identité de Bordeaux comme métropole technologique, via notamment le secteur Aéronautique Espace Défense.
Pour en savoir plus : www.bordeaux-aeroparc.com/
 

 

 

L’aquitaine, un terreau fertile

Outre l'aéronautique, l'ensemble du bassin économique Aquitain est aujourd’hui en pleine expansion. La région, renommée mondialement pour ses vins, est également réputée pour être très active dans les secteurs du médical, du laser et de l’optique. Elle compte un tissu d’écoles et d’universités reconnues. Souvent citée dans le top 3 des régions où il fait bon vivre en France, l’Aquitaine ne se laisse pas vivre pour autant. Elle prépare dès à présent le futur : tandis que Thales y conçoit ses nouvelles technologies de cockpit, l'avion tout électrique a déjà effectué son premier vol de l’aéroport Bordeaux Mérignac et l’usine d’assemblage de ce futur avion a élu domicile près du tarmac. Sans oublier que dans deux ans, grâce à la ligne à grande vitesse, il suffira juste de deux heures pour relier Bordeaux à Paris !

I-Swarm : Un laboratoire expérimental pour mieux travailler ensemble

 

Le tout nouveau laboratoire expérimental créé sur le site de Thales au Haillan s’inscrit dans le cadre des réflexions menées sur l’usine du futur. Soutenu par la Région, I-Swarm pour Innovation Software Welfare Agility Responsibility Modularity préfigure les nouvelles méthodes et outils de travail qui pourront être implémentées sur Air’Innov. Le point avec Thierry Lejeune, responsable du département Logiciel et building blocks Interface Homme-Système du centre de compétence Cockpit de Thales.

Pourquoi un tel laboratoire ?

Swarm signifie essaim mais au-delà de ce clin d’œil ce laboratoire vise à tester de nouvelles façons de travailler. Lancé fin 2013, I-Swarm concerne l’implantation d’une centaine de personnes dans le domaine du développement logiciel. Aujourd’hui plus rien ne se fait seul ou même à deux dans un bureau. Le travail est devenu collaboratif et les espaces doivent donc être favorables aux échanges. La configuration dans laquelle se trouvaient ces salariés n’était pas du tout favorable à la communication entre les équipes et constituait un frein à l’efficacité collective.

Ce laboratoire expérimental s’inscrit dans un projet régional, impliquant des partenaires régionaux, qui ont proposé des solutions et des savoir-faire pertinents afin de créer des espaces et une  communication entre les équipes  les mieux adaptés. 

 

Qui sont ces partenaires régionaux ?

Felix + Associés a travaillé sur l’aménagement de l’espace pour favoriser l’innovation et la créativité, décloisonner les équipes et asseoir une identité métier tout en prenant en compte notre politique produit.

Immersion a proposé des solutions technologiques interactives afin de valoriser, générer et organiser un système d’informations mettant en réseau et connectant les différents espaces et usagers entre  eux.

Comment mesurer l’impact de ces aménagements sur le « bien travailler ensemble » ? 

Deux études menées en parallèle sur des thématiques complémentaires permettront d’évaluer la pertinence des solutions proposées. La première sera menée en collaboration avec le laboratoire Psychologie, Santé et Qualité de vie de l’université de Bordeaux pour mesurer l’impact des nouveaux espaces et la réorganisation du travail sur les attitudes et les comportements des salariés. La deuxième étude, conduite avec les sociétés IdB Acoustique et GIE-QUALITE/démarche Prévence servira à identifier les solutions acoustiques et ergonomiques les mieux adaptées.

Quelles seront les prochaines étapes ?

Ces travaux sont fondamentaux pour le futur site. En effet, les concepts développés et testés dans I-Swarm, nous permettront de définir, au cours des deux prochaines années, les préconisations d’aménagement pour Air’Innov.

 

« Je suis très heureux de suivre tout ce que Thales fomente de façon collaborative pour elle et avec les acteurs industriels de la région » a déclaré Alain Rousset, Président du Conseil régional, lors de sa visite du laboratoire I-Swarm le 9 janvier dernier avant d’ajouter « la région se félicite d’accompagner un tel projet autour d’équipes pluridisciplinaires. La compétitivité passe par la productivité ce qui ne va pas à l’encontre de la qualité de vie au travail »