Warplanes and airliners share the skies

Dans un espace aérien saturé par le développement grandissant des routes pour avions civils, l’aviation militaire doit s’adapter pour pouvoir voler. Laurent Lenoir, Directeur du Centre de Compétences Systèmes, nous en dit plus sur les changements opérés par Thales pour répondre à cette problématique.

 

Quelle est la problématique ?

Un avion militaire est conçu pour répondre à des besoins différents de ceux des avions civils. Ces derniers ont pour objectif de transporter des passagers en décollant et en arrivant à l’heure tout en garantissant la sécurité du vol.

Les avions militaires doivent eux remplir des missions spécifiques qui se déroulent souvent en milieu hostile. L’intégrité et la protection des données de mission représentent un enjeu clé.

Alors que de moins en moins de routes sont réservées aux aéronefs militaires, il est essentiel que ceux-ci puissent répondre aux normes civiles pour s’intégrer dans l’espace aérien.

Quelle est la réponse adaptée ?

Si les solutions produit cockpit entre un avion civil et un avion militaire sont bien évidemment différentes en raison de l’espace physique de chacun, les technologies ont de nombreux points communs. Il s’agit donc de concevoir des architectures modulaires, ouvertes qui permettent à la fois de répondre aux contraintes de certifications civiles et aux spécificités découlant des missions tactiques.

L’A400M en est le parfait exemple. L’avion a été conçu avec une avionique modulaire intégrée  répondant aux standards civils à laquelle nous avons ajouté des propriétés militaires disposant d’un niveau de protection (sureté) important. Il est notamment essentiel que les données cryptées soient protégées. La même philosophie s’applique aux hélicoptères.

Comment garantir l’intégrité des données ?

Il convient d’apporter aux solutions civiles un haut degré de sureté. Nous nous appuyons dans ce domaine sur l’expertise du Groupe reconnue dans les domaines militaires ou para civils comme les technologies mises au point pour la sécurisation des infrastructures des grandes métropoles par exemple.

Comment gérer l’insertion des drones dans l’espace civil ?

La problématique est encore renforcée puisque sans pilote à bord, le lien sol-bord doit être extrêmement protégé. Sur un théâtre d’opérations, en cas de perte de contrôle d’un drone, un dispositif spécial prévoit l’effacement des données. Il faut également pouvoir éviter les zones habitées en cas de crash du drone suite à une panne. Des groupes de travail en Europe et aux Etats-Unis, auxquels Thales participe, travaillent actuellement à l’élaboration des règlementations spécifiques aux drones et aux contraintes associées.