L’avion spatial expérimental (IXV) : un nouveau challenge pour Thales Alenia Space

Challenge relevé pour Thales Alenia Space : l'IXV a réussi sa mission !

 

Développé par Thales Alenia Space pour le compte de l’ESA, le démonstrateur de rentrée atmosphérique IXV a été lancé avec succès le 11 février 2015, par Arianespace, depuis le centre spatial guyanais, à bord du lanceur européen Vega. La société a capitalisé sur son expertise unanimement reconnue dans le domaine des infrastructures orbitales afin d’en assurer sa maîtrise d’œuvre. Retour sur cette extraordinaire aventure spatiale et maritime !

La mission :

 

Lancé le 11 février 2015, l’objectif du programme IXV était de développer un système autonome permettant de valider en vol, dans des conditions réelles, les technologies de rentrée atmosphérique : l’aérodynamique, l’aérothermique, le système de protection thermique, les systèmes de navigation et de contrôle.
 

Une extraordinaire aventure spatiale et maritime !

La séparation du lanceur s’est effectuée à une altitude de 320 km. IXV a ensuite continué son ascension pour atteindre une altitude de 412 km. A alors commencé la phase de rentrée pendant laquelle les données expérimentales ont été acquises par le biais d’instruments placés à bord du véhicule. La vitesse de rentrée atmosphérique était d’environ 7.5 km/s à une altitude de 120 km, vitesse typique pour une rentrée atmosphérique d’une orbite basse, similaire à celle de la Station Spatiale Internationale. A l’issue de la mission, d’une durée approximative de 1h40, l’avion spatial expérimental a amerri dans l’océan pacifique à l’aide d’un parachute. Il a ensuite été récupéré par un navire spécialement équipé. L’équipage, incluant les équipes propulsion de Thales Alenia Space, avait en effet pour mission de passiver l’IXV et de récupérer des supports de données. Le bateau traversera ensuite le Canal de Panama pour rejoindre enfin le port de Gênes, avec à son bord, sa précieuse cargaison.
 

 

Des infrastructures orbitales aux systèmes de transports du futur :

Ayant fourni 50% du volume pressurisé de la Station Spatiale Internationale, Thales Alenia Space a capitalisé sur son savoir-faire unique dans le domaine des infrastructures orbitales et des transports pour adresser de nouveaux challenges tels que le compartiment pressurisé du véhicule suborbital SOAR (Sub-Orbital Aircraft Reusable), destiné à abriter des expériences scientifiques et des astronautes. Thales Alenia Space sera également un acteur de premier plan dans le cadre de la mission MPCV (module pour la capsule américaine ORION).

Madame Fioraso, alors Secretaire d'Etat chargée de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, avait déclaré, le 11 février 2015, lors de sa venue sur le site Thales Alenia Space de Turin :
 

« Avec cette mission, l'Europe et la France confirment leur excellence en matière d'exploration spatiale, le grand défi des années à venir. Les enjeux sont scientifiques, technologiques, stratégiques : ce sont des enjeux de souveraineté pour l'Europe et la France. Ce sont aussi des projets scientifiques qui font rêver, éclairent notre recherche sur les origines de l'univers et suscitent les vocations scientifiques et technologiques dont nous manquons. Pour relever ces défis, il est essentiel de maitriser les technologies et notamment celles qui permettent le retour sur Terre d'un système spatial habité ou non habité. Ce que j'ai vu aujourd'hui à Turin, avec ma collègue italienne Stefania Giannini, sur le site de Thales Alenia Space, démontre que l'Europe est au rendez-vous de ces défis. »

Pour plus d'information sur les différentes étapes de la mission IXV, consultez le site internet de Futura Sciences, notre partenaire sur cet événement.