Chemins de fer en Super 8 ou en HD ?

Depuis les origines du cinéma, les trains et les gares ont toujours excité l’imagination des cinéastes. Des films d’époques et de genres extrêmement divers ont fait tour à tour du train l’endroit le plus effrayant sur terre, le moyen le plus romantique de voyager ou le cadre des crimes les plus mystérieux. Avec cette rétrospective de dix films célèbres, nous avons souhaité rendre hommage aux chemins de fer et au rôle qu’ils ont joué dans l’histoire de genres très différents de cinéma.

 

Une femme disparaît

Réalisé par Alfred Hitchcock en 1938, ce film d’espionnage comique et sophistiqué de la période britannique du réalisateur se passe dans un train express transcontinental. Le réalisateur y recourt à un MacGuffin, c’est-à-dire un élément un peu mystérieux ou secret qui sert de prétexte au développement de l’intrigue : l’héroïne se rend compte qu’une vieille dame semble avoir disparu, alors que les autres voyageurs affirment ne l’avoir pas vue à bord du train. Il y a quelque chose de bizarre. De construction complexe malgré son ton léger, le film a été salué comme « l’un des meilleurs films de train de l’âge d’or du genre ».

 

Brève rencontre

Réalisé avec passion par le génial David Lean et interprété par Celia Johnson et Trevor Howard, c’est l’un des sommets du film romantique. Il raconte une histoire d’amour adultère, thème récurrent des grands films du genre. L’action se déroule principalement dans une gare, même si le tournage a eu lieu dans plusieurs gares, notamment celle de Beaconsfield, proche de Londres et des studios de Denham où le film a été réalisé en 1945.

 

Le crime de l’Orient Express

C’est l’un des romans les plus célèbres d’Agatha Christie adapté pour le grand écran. L’inimitable détective Hercules Poirot rentre d’Istanbul à bord du légendaire Orient Express qui le ramène à Londres. Au cours du voyage, il est amené à enquêter sur le meurtre du multimillionnaire américain Samuel Ratchett.

 

Trois heures dix pour Yuma

Dans la version originale du film, un fermier (interprété par Van Heflin) accepte d’escorter jusqu’à Yuma, dans l’Arizona, un criminel joué par Glenn Ford. Dans l’attente du train, le temps s’égrène au son du tic-tac de l’horloge de la gare et la tension monte. Sombre, dur et plein de suspens, le film est une démonstration magistrale du réalisateur Delmer Daves, dans ce qui est probablement son meilleur film. Dans le remake sorti en 2007, les rôles principaux sont confiés à Russell Crowe et Christian Bale.

 

Robbery

Le 8 août 1963, lors de ce qui a été considéré comme « le braquage du siècle », un groupe de 17 gangsters oblige le train postal Glasgow-Londres à s’arrêter et s’empare d’un butin de 2,6 millions de livres (l’équivalent de 47 millions d’euros actuels). Si le cerveau de l’opération est Ronald Biggs, l’adaptation cinématographique la plus fidèle est Buster, sorti en 1988. Le réalisateur David Green s’y inspire de la vie de l’un des membres du gang, Buster Edwards (joué par Phil Collins). Ce dernier a d’ailleurs participé à la production du film qui a été nominé pour un Oscar.

 

Le dernier train de Gun Hill

L’un des meilleurs films du géant hollywoodien, John Sturges, également réalisateur de Règlements de comptes à Ok Corral et des Sept mercenaires. La femme indienne du shérif (joué par Kirk Douglas) est violée et assassinée par deux cowboys ivres, dont l’un s’avère être le fils de son meilleur ami, un riche éleveur joué par Anthony Quinn. La soif de vengeance le dispute à l’amitié dans un combat sans issue et l’action se termine sur la confrontation finale dans un dépôt de trains. Un remake Bollywood de cette histoire, avec Shatrughan Sinha et Shashi Kapoor, est sorti en 1985 sous le titre Bhawani Junction.

 

Le train

Quelques jours avant la libération de Paris, un général nazi joué par Paul Scofield décide de faire évacuer de Paris des tableaux de maîtres impressionnistes. Un cheminot résistant, interprété par Burt Lancaster, tente de l’en empêcher en élaborant un plan ingénieux pour dérouter le train, maquillant temporairement les plaques des gares pour faire croire que le train se dirige vers l’Allemagne, alors qu’en fait il revient sur Paris. Un film réalisé par John Frankenheimer.

 

L’empereur du Nord

Réalisé par Robert Aldrich, c’est l’histoire d’un duel entre un conducteur de train intraitable et un vagabond. Ernest Borgnine et Lee Marvin offrent ici une performance exceptionnelle dans un film où l’humour noir le dispute à l’intensité dramatique et qui atteint son apogée avec l’ultime combat qui oppose les deux protagonistes dans un wagon de marchandises. Tourné dans l’Oregon en 1933, il raconte l’histoire des vagabonds que la Grande dépression a jetés dans la rue sans travail et qui errent d’État en État en prenant clandestinement le train.

 

Runaway Train (ou À bout de course)

Manny, le condamné le plus redoutable d’une prison isolée de l’Alaska, élabore un plan d’évasion audacieux et réussit à s’enfuir avec Buck, son compagnon de cellule. Montés à bord d’un train de marchandises, ils font route vers la liberté quand le conducteur du train meurt brutalement d’une crise cardiaque. Les deux évadés se retrouvent piégés et seuls dans ce train lancé à toute allure vers une mort certaine… jusqu’à ce qu’ils découvrent un troisième passager, une jolie ouvrière des chemins de fer, aussi déterminée qu’eux à sauver sa peau. Ce film étrange est inspiré d’un récit du réalisateur japonais Kurosawa qui confère à l’action une tonalité métaphysique. Le réalisateur Andrei Konchalovsky a confié le rôle de Manny à Jon Voight et lui a donné pour partenaire la magnifique Rebecca De Mornay.

 

Cet obscur objet du désir

Ce dernier film du réalisateur Luis Buñuel se déroule dans un train qui va de Séville à Paris, même si la majeure partie de l’action est un flashback d’événements qui ont lieu ailleurs. Mathieu Faber, interprété par Fernando Rey, raconte aux voyageurs de son compartiment sa relation tumultueuse avec son ancienne femme de chambre Conchita, jouée par Carole Bouquet et Angela Molina. Quand le train parvient à destination, le couple semble s’être réconcilié. Bien qu’il ait été salué par la critique comme « triomphalement drôle et pertinent » et qu’il ait accumulé les nominations tant aux Golden Globes qu’aux Oscars, le film a été un échec financier.