Journée investisseurs 2019 : Thales présente son plan d’action suite à l’intégration de Gemalto et met à jour ses objectifs financiers à moyen-terme

Thales (Euronext Paris : HO) accueille aujourd’hui les investisseurs et les analystes financiers
pour sa journée investisseurs 2019.
Six mois après l’intégration de Gemalto au sein de Thales, cette réunion sera principalement consacrée à la nouvelle activité mondiale dénommée « Identité et Sécurité Numériques » (« DIS »), constituée de Gemalto et de certaines activités digitales précédemment affectées au secteur opérationnel « Défense & Sécurité ».
Patrice Caine, Président-directeur général, et les membres de l’équipe dirigeante feront
également un point sur l’avancement des grandes priorités stratégiques du Groupe fixées lors de la journée investisseurs de juin 2018, et présenteront une mise à jour des objectifs financiers à moyen terme.

Intégration de Gemalto
  • Thales devient le leader mondial de l’identité et de la sécurité numériques
  • Renforcement exceptionnel du positionnement digital du Groupe
  • Croissance organique [1]  moyenne du chiffre d’affaires du secteur opérationnel « identité et sécurité numériques » (DIS) : 4 à 6% sur la période 2020-2023
  • Marge d’EBIT [2] de DIS à l’horizon 2023 : 12,5% à 13,5%
  • Synergies significatives attendues dans les autres secteurs opérationnels
Bon avancement des priorités stratégiques Ambition 10
  • Mise en œuvre de puissants leviers de performance opérationnelle afin de générer une hausse significative des marges
  • Renforcement du statut de leader technologique et du profil de croissance à long terme : poursuite de l’accélération des investissements en R&D
Objectifs financiers Groupe sur la période 2019-2023
  • Croissance organique moyenne du chiffre d’affaires : 3 à 5%
  • Marge d’EBIT à l’horizon 2023 : 11,5 à 12%

« Avec les autres membres de l’équipe dirigeante de Thales, je suis ravi de présenter aujourd’hui à la communauté financière l’avancement des priorités stratégiques présentées en juin 2018, ainsi que les nombreuses opportunités de développement qu’offre l’acquisition de Gemalto, finalisée il y a tout juste 6 mois.Le plan Ambition 10 se déroule en ligne avec nos attentes. Nous poursuivons la mise en œuvre des initiatives de performance opérationnelle tout en accélérant nos investissements en R&D. Les résultats de 2018 et du premier semestre 2019 sont d’ailleurs en avance par rapport à la
trajectoire des objectifs fixés pour 2021. Notre nouvelle activité mondiale ‘DIS’ est dès aujourd’hui le leader mondial des marchés en croissance rapide de l’identité et de la sécurité numériques, enjeux clés de la transformation
digitale des systèmes intelligents de nos clients.
Partout dans le Groupe, nos équipes ont identifié de nombreuses opportunités de synergies commerciales qui généreront d’ici 2023 plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires.
Dans un environnement économique et géopolitique plus incertain, nous abordons cette nouvelle phase de développement du Groupe avec un bilan solide, une résilience accrue grâce à notre base de clients élargie, et un portefeuille technologique renforcé dans les domaines les plus critiques.
Notre positionnement unique, associant un portefeuille technologique de rang mondial et une expertise approfondie de nos 5 grands marchés, va nous permettre de poursuivre notre croissance rentable. »
Patrice Caine, Président-directeur général

Renforcement exceptionnel du positionnement digital du Groupe

L’intégration de Gemalto permet une accélération majeure de la stratégie digitale de Thales.

Elle renforce la différenciation du portefeuille d’activités du Groupe en y ajoutant une expertise unique dans 3 domaines technologiques clés liés à la sécurité digitale : la biométrie et l’identité digitale, la connectivité sécurisée de l’Internet des objets (IoT) et la protection et le cryptage des données.

Essentielles pour sécuriser de bout en bout les chaînes de décision critiques au fur et à mesure qu’elles se digitalisent, ces compétences répondent à des besoins croissants dans un monde toujours plus connecté, et ont des applications dans l’ensemble des marchés du Groupe.

Dès à présent, les équipes ont identifié des opportunités d’applications au sein de nombreuses lignes de produit du Groupe, qu’il s’agisse de la mise en commun des compétences en cybersécurité, du développement dans la sécurisation des aéroports, des villes ou des sites critiques, de la gestion et de la surveillance des drones, ou de la mise en œuvre de l’Internet des objets dans le domaine militaire ou dans la signalisation ferroviaire.

L’ensemble du Groupe est mobilisé pour maximiser la capture de ces synergies, en s’appuyant sur une organisation rigoureuse. A peine six mois après l’intégration de Gemalto, plusieurs centaines d’opportunités client précises ont été identifiées, capitalisant en particulier sur l’implantation commerciale mondiale de Thales. Le Groupe estime que, d’ici 2023, le chiffre d’affaires incrémental induit par l’acquisition de Gemalto (synergies de revenus) représentera entre 300 M€ et 500 M€, avec un potentiel sensiblement plus élevé au-delà.

Expansion dans les marchés en forte croissance de l’identité et de la sécurité numériques

Par l’acquisition de Gemalto, Thales devient le leader mondial des marchés de l’identité et de la sécurité numériques. Ces marchés, à l’intersection des solutions d’identification sécurisées des objets et des personnes et de la cybersécurité, offrent des perspectives de croissance élevées, de l’ordre de +10% par an d’ici 2023, tirées par le développement des solutions et des services digitaux.

Dans ces marchés, le Groupe mettra en œuvre une stratégie de développement différenciée :

  • un ciblage des opportunités les plus prometteuses dans les segments en forte croissance : logiciels et services associés aux SIM embarquées (eSIM), protection des données dans le cloud, biométrie publique et commerciale, mise en œuvre de l’Internet des objets sécurisé pour les applications industrielles les plus critiques
  • un strict contrôle des coûts et une concentration sur les marchés les plus porteurs dans les activités de cartes à puce les plus matures

Cette stratégie bénéficiera de fortes synergies avec le reste de Thales, qu’il s’agisse de la
constitution d’un leader incontesté des solutions de protection de données, ou des relations privilégiées du Groupe avec ses clients sur ses 5 grands marchés.

S’appuyant sur des plans d’actions précis, la mise en œuvre des synergies de coûts se déroule parfaitement en ligne avec les attentes. Elles devraient atteindre 120 M€ en rythme de croisière (à compter de 2022), dont 20 M€ dès 2019 et environ 60 M€ en 2020.

En conséquence, le Groupe anticipe pour le secteur opérationnel DIS une croissance organique du chiffre d’affaires de l’ordre de 4 à 6% par an sur la période 2020-2023[3]
, et une marge d’EBIT de 12,5 à 13,5% à l’horizon 2023, ces objectifs n’intégrant qu’une partie des synergies attendues au niveau du Groupe[4].

Des objectifs financiers d’ici 2023 centrés sur la création de valeur pour les actionnaires

Capitalisant sur le bon déroulement du plan Ambition 10, la solide dynamique à long-terme
de la majorité de ses marchés, et l’apport de Gemalto, Thales met à jour ses objectifs de
moyen-terme[5] de la manière suivante :

  • une croissance organique du chiffre d’affaires comprise entre +3% et +5% en moyenne sur la période 2019-2023, le renforcement du potentiel de croissance du Groupe lié aux investissements digitaux et à l’intégration de Gemalto compensant des perspectives plus incertaines dans le marché spatial commercial et l’absence de croissance dans le transport sur la période 2019-2023 après une croissance exceptionnellement élevée en 2018 (+18%). Le phasage de l’ensemble de ces effets devrait se traduire par une croissance plus faible en début de période et s’accélérant progressivement par la suite.
  • une marge d’EBIT comprise entre 11,5% et 12% à l’horizon 2023, traduisant l’impact positif des initiatives de compétitivité et des synergies (200 à 240 points de base d’amélioration par rapport à la marge d’EBIT 2018 pro forma de 10%) et le réinvestissement partiel en R&D autofinancée (30 à 50 points de base).

En plus des 2 leviers mentionnés ci-dessus, le bénéfice net ajusté par action sera porté par
la baisse attendue du taux effectif d’impôt sur les bénéfices, qui devrait passer de 27% en
2018 à 23-24% d’ici 2023, et la meilleure utilisation du bilan consécutive à l’acquisition de
Gemalto.

Le Groupe poursuivra par ailleurs ses efforts de maximisation de la génération de trésorerie,
et vise ainsi à conserver un ratio de conversion en cash élevé[6]. Il devrait ainsi atteindre
environ 95% avant éléments exceptionnels[7], en moyenne sur la période 2019-2023, en dépit d’un écart entre la charge et le flux de trésorerie d’impôt moins favorable que sur les
dernières années, du développement du Groupe dans les activités de service, au profil de
génération de trésorerie plus étalé que les activités de projet, et du besoin accru en fond de
roulement lié à la croissance de DIS. 


 [1] Dans ce communiqué, « organique » signifie « à périmètre et taux de change constants ». Voir définition page 27 du document de référence 2018.
 [2] Indicateur financier à caractère non strictement comptable, définition page 27 du document de référence 2018.
 [3]Comparé au chiffre d’affaires 2019 pro forma 12 mois du secteur DIS, attendu entre 3,1 et 3,2 Mds€.
 [4]Le Groupe estime que, en régime permanent, environ 1/3 des synergies de coûts seront enregistrées dans les autres secteurs opérationnels, et environ 2/3 des synergies de revenus.
 [5]Objectifs financiers fixés sur la base des taux de change de septembre 2019.
[6] Division du free cash-flow opérationnel par le résultat net ajusté, part Groupe.
[7] L’impact mécanique sur le ratio de conversion en cash de la norme IFRS 16, dont l’application est obligatoire depuis le 1er janvier 2019, est estimé à environ 9 points.


Ce communiqué peut contenir des déclarations de nature prospective. Ces déclarations constituent soit des tendances, soit des objectifs et ne sauraient être considérées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Les résultats effectifs peuvent différer sensiblement des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, tels que notamment décrits dans le Document de Référence de la société, déposé auprès de l'Autorité des Marchés Financiers